Séverac, château perché

Le château de la famille des Séverac s’élève sur le promontoire rocheux qui domine le village du même nom et la plaine. La place forte à l’allure imprenable a pourtant subi le même sort que Carcassonne lors de la croisade des Albigeois. Et malheureusement pour nous, son château médiéval à irrémédiablement été remplacé par un château moderne. Heureusement il nous reste des remparts et un petit corps de logis médiéval.

Il est sans aucun doute établi que Séverac accueillait le plus important château du Rouergue, hormis peut-être Najac (comment ça j’exagère ?). Ce dernier n’est cependant pas vraiment un château du cru, mais une pièce rapportée de la croisade contre les Albigeois au 13e siècle (lien sur la-dite croisade). Pas de chance pour les franciliens, le château de Najac n’inspirera pas grand monde dans la région.

Je précise au passage : le Rouergue correspond peu ou prou au département de l’Aveyron actuel. Si, si, je vous jure qu’il s’y passait des choses au Moyen Âge. Par contre les habitants de Rodez et Millau se détestaient déjà.

Quand est-ce qu’on revient au sujet ?

Comme d’habitude je digresse. Bon maintenant que vous avez le nom, la localisation et que vous savez qu’on parle d’un château sur promontoire, nous pouvons avancer.

Le château est probablement construit dès le 11e siècle, la première mention de la famille propriétaire, les Séverac, pour ceux du fond qui ne suivent pas, datant de 1070. L’existence formelle du château n’est cependant pas attestée avant le 13e siècle. Il est alors mentionné dans l’une des chroniques de la croisade des Albigeois. Deux pages et demi sont consacrées à son siège par les frères Montfort. Notons que la troupe du seigneur de Séverac était capable de terrifier tous les territoires entre Rodez et Le Puy. Malheureusement la réputation ne fait pas tout. Trop assuré de sa sécurité par le rude hiver, le château est pris en quelques jours à cause du manque de préparation et de la prise par surprise du bourg en contrebas.

Le château connaît plusieurs propriétaires illustres, avant d’arriver dans les mains de la famille des Arpajons. Au 17e siècle ceux-ci font appel à un architecte florentin nommé Gargioli pour construire une demeure plus moderne. Partiellement incendié en 1658, l’aile est sera reconstruite avec un étage supplémentaire.

Nous connaissons finalement mal le château médiéval, très certainement bâti à l’emplacement du château actuel. Seul un bâtiment interprété comme une chapelle et quelques pans de murailles subsistent du 13e siècle. Les autres pans de murs sont certainement rénovés au 15e et 16e siècle, en liaison avec les guerres de Cent ans et de Religion. La datation est cependant assez difficile car de nombreuses couches archéologiques ont été mélangées par les mutations progressives du site. Une église a par ailleurs disparu dans la haute-cour du château. Les cheonologies relatives correspondent aux observations faites par Jaque Miquel dans son étude des fortifications du Rouergue. Cet ouvrage, écrit en 1984, se fonde uniquement sur des typologies de architecturales, qui ont parfois montré leurs limites pour la datation.

Corps de logis médiéval, dit chapelle médiévale, CC, Franck Ferrer

Un site certainement ancien

L’occupation du site de Séverac remonte certainement plus haut que le Moyen Age central. Plusieurs fouilles dans la vallée ont permis de mettre au jour des tombes de l’âge du Fer. De plus des fouilleurs ont ramassé, lors d’une prospection sur les pentes en contrebas du château en 1977, des fragments de tegulae.

En 1994 une fouille permet de mettre en évidence un abri sous-roche protohistorique au pied de la face est du promontoire.

L’ensemble de ces éléments, associés à l’intérêt stratégique du lieu, de par sa géographie particulière, permettent d’émettre l’hypothèse d’une occupation dès la protohistoire. Il faudrait cependant une fouille extensive du promontoire, descendant jusqu’au substrat rocheux, afin de, peut-être, pouvoir l’appuyer sur de la documentation archéologique.

Un lieu important à l’époque moderne

Le domaine de Séverac tombe sous la coupe des Armagnacs après que ceux-ci aient fait assassiner le maréchal de Séverac. Il passe rapidement sous l’emprise du Dauphin lors du conflit entre le roi de France et les Armagnacs. Après 92 ans de procès les Arpajons récupèrent le château. Les d’Arpajons de Séverac sont alors une très riche famille nobiliaire. En 1607, ils décident de reconstruire le château dans un style plus moderne. Ils font alors appel à un architecte florentin. Les travaux dureront jusqu’en 1630.

Le château possède une église, dont l’histoire médiévale est pour le moment elle aussi peu connue. Nous savons tout de même que le seigneur entretient cinq chapelains en 1390. En 1550 (petit bon dans le temps) l’église, dédiée à saint Jean-Baptiste, est transformée en temple protestant, Antoine d’Arpajon s’étant converti. Vers 1630, l’église est reconstruite avec le château. Un lien pourrait être fait avec la conversion de Jean V d’Arpajon au catholicisme en 1634 après qu’une armée du roi soit venue le lui demander poliment (comprendre : avec des canons).

Le château va malheureusement être incendié plusieurs fois durant les 17e et 18e siècles. Il sera progressivement abandonné dans la deuxième moitié du 18e siècle.  A la Révolution, il est racheté par Antoine Casimir Couret, et comme beaucoup de châteaux, transformé en carrière de pierre. L’église est entièrement démontée au début du 19e siècle.

Une ruine caractéristique de la région

Classé au titre des Monuments Historiques en 1922 et racheté par la commune en 1960, il a fait l’objet de plusieurs campagnes de fouilles réalisées par la société Hadès. Pour la plupart, ces fouilles se sont faites dans un contexte préventif, au fur et à mesure de la restauration du château. Les pans de murailles nord et est sont les plus plus explorés à ce jour, grâce à des sondages. La zone de la dite chapelle a aussi été sondée, ainsi que deux zones au nord et à l’est du terre-plein nord-est où l’église est pour l’instant supposée.

Le château de Séverac est finalement assez caractéristique de la fortification médiévale aveyronnaise. Le système de défense reste simple, basé principalement sur la topographie et les murs d’enceinte. Les tours ne sont pas reconstruites pour résister à l’artillerie, et restent de petite dimensions. Cet état de fait est en partie lié au peu de guerres d’envergure livrées dans le Rouergue. La guerre de Cent ans ne frappe pas aussi durement ce pays que la Normandie ou la Guyenne. Les modifications techniques du château n’apparaissent donc sans doute pas nécessaires au seigneur de Séverac.

La topographie rend l’usage de machine de siège et de tir tendu au canon assez hasardeux à l’encontre du château. Une question se pose donc pour confirmer ou infirmer l’usage de pierrière dont fait mention la chronique sur la croisade.

Le travail de cette année se penche cependant d’abord sur la collecte des données et résultats des différentes fouilles et sur l’étude du bâti du mur sud / sud-est. Cet objectif permettra, je l’espère, d’avoir une vision plus claire des différentes phases chronologiques du site.

Mur sud/sud-est, vue intérieur depuis la “tour de la chapelle”, CC, Franck Ferrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.