Frapper monnaie, c’est forger l’identité royale

La bataille de Crécy. Miniature de Loyset Liédet tirée des Chroniques de Jean Froissart. CC Wikimedia Commons.

La monnaie est souvent perçue comme un moyen de paiement, mais durant la guerre de Cent ans, celle-ci est devenue un important vecteur d’idéologie. Cette dernière s’exprime à travers des choix de représentation, de légendes et de titulatures. Nous résumons souvent cette guerre comme une guerre militaire alors que celle-ci était autant économique qu’idéologique.

La guerre de Cent ans voit l’affrontement pour le trône de France de deux dynasties, celle des Valois , issue de la branche des Capétiens, qui règne sur le royaume de France, et celle des Plantagenêts qui règne sur le royaume d’Angleterre.

La monnaie d’or, royauté et sacralité

Écu d’or de Louis IX. Photographie de PHGCOM. CC Wikimedia Commons.

En 1270, Louis IX émet une nouvelle monnaie, l’écu.  Ainsi, il réintroduit l’or dans le monnayage du royaume de France, celui-ci ayant disparu du paysage économique et politique depuis les Carolingiens. Ses successeurs vont poursuivre son œuvre. En 1290, Philippe IV le Bel décide de se faire représenter sur ses monnaies. Il est le premier souverain français à le faire. Cette monnaie se nomme le petit royal d’or : Philippe y paraît en majesté, comme sur le sceau royal. Il utilise des images facilement identifiables pour le peuple, telles que la couronne, le trône de Dagobert, le sceptre, la fleur de lis et le manteau.

Frapper monnaie d’or au Moyen Âge est un droit régalien et  sacré : seul le roi dispose de ce monopole monétaire dans le royaume. Cette prérogative est légitimée par les Évangiles : ” Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu ” (Marc, XII, 13-17 ; Matthieu, XXII, 15-22 ; Luc, XX, 20-26). Le fait qu’un duc ou un comte frappe des monnaies d’or dans le royaume signifie alors que celui-ci rentre dans un procédé plus ou moins ouvert de contestation. Il rejette l’autorité du roi, et entre, de ce fait, économiquement et politiquement, en concurrence contre lui.

Cette opposition s’exprime également à travers les représentations et les légendes figurées sur les monnaies, notamment sur les monnaies d’or où elles sont beaucoup plus détaillées que sur une monnaie d’argent et de cuivre. L’or étant un matériau noble, le message de l’émetteur est d’autant plus fort et vecteur de pouvoir.

Deux exemples : le Guyennois et le Franc à cheval

Ces deux monnaies d’or illustrent parfaitement la concurrence économique et politique que se livrent le roi de France et le roi d’Angleterre durant la guerre de Cent ans. Le Guyennois frappé par Édouard III s’aligne sur le même poids et sur la même taille au marc que le Franc à cheval du roi de France. Du reste, ces deux monnaies sont toutes deux originales et toutes deux expriment une idéologie sur leur droit (côté pile de la pièce).

Le Franc à cheval, le premier Franc de France

Le 19 septembre 1356, le roi de France Jean II le Bon est capturé lors de la bataille de Poitiers livrée contre le Prince Noir. Cet épisode malheureux est un échec cuisant pour la monarchie française car le roi manque à sa mission absolue de chevalier protecteur de son royaume et de ses sujets. Par conséquent, c’est à son fils, Charles, d’assurer la régence du royaume. Il parviendra à faire libérer son père en concluant la paix de Brétigny, le 8 mai 1360. Cette paix fixera la rançon pour la libération de Jean II à 3 millions d’écus.  Sur le chemin du retour à Paris, le roi signe l’ordonnance de Compiègne, le 5 décembre 1360, qui décide de la frappe du Franc à cheval.

Le droit du Franc à cheval de Jean II le Bon. Photographie de CNG. CC Wikimedia Commons.

Cette nouvelle monnaie est exceptionnelle car elle est la première monnaie française qui représente le roi de France à cheval, galopant, l’épée haute, coiffé d’un heaume couronné. Il porte sur sa cotte de mailles une cotte d’armes fleurdelisée et le caparaçon du cheval est également fleurdelisé. La présence de ce semé de fleurs de lis a pour but de rappeler l’appartenance des Valois à la dynastie des Capétiens, qui a fait de ce semé les armes de la royauté française. Normalement ce type équestre était utilisé pour les sceaux des seigneurs féodaux . En le reprenant  le roi signifie  son rôle de premier chevalier du royaume, dont le devoir, depuis le sacre, est de le protéger de ses ennemis.

En plus de la représentation du roi sur le droit de la pièce, la légende qui l’entoure : ” IOHANNES DEI GRACIA FRANCORV(M) REX “, ” Jean, par la grâce de Dieu roi des Francs “, dégage un message fort. La formule ” DEI GRACIA “ rappelle que le roi tient son pouvoir directement de Dieu et qu’à ce titre il ne reconnaît aucune autorité supérieure dans son royaume ni sur terre.

En plus de l’effigie royale et de la légende, le nom de la monnaie dégage aussi un message fort d’identité. Même si le nom ” Franc “, qui veut dire ” libre “, fait référence à la libération du roi Jean II le Bon, le nom de cette pièce renvoie aussi à celui du peuple des Francs. Ainsi, le Franc à cheval symbolise le rétablissement de la souveraineté après la capture du roi, mais aussi le redressement économique et politique du royaume après les crises internes.

Après la mort de Jean II le Bon, Charles devient roi de France (8 avril 1364). Il poursuit l’émission du Franc à cheval et le faisant, il marque la poursuite de l’idéal paternel, celui de protéger le royaume.

Le Guyennois, le ” franc ” du duché d’Aquitaine
Le droit du Guyennois d’Édouard III. Photographie de PHGCOM. CC Wikimedia Commons.

Cette monnaie royale anglaise émise à Bordeaux, pour le duché d’Aquitaine, apparaît le 13 novembre 1361, soit un an après le Franc à cheval . Une fois de plus, Édouard III d’Angleterre rentre en concurrence avec le roi de France et affirme sa souveraineté sur le duché après le traité de Brétigny. Il n’a ainsi plus besoin de rendre hommage au roi de France pour ses possessions françaises.

L’affirmation de sa souveraineté s’exprime par la titulature présente sur le droit de la pièce : ” ED(WARDVS) DEI GRA(CIA) REX A(NG)LIE DO(MINUS) AQVITA(N)IA “, ” Édouard, par la grâce de Dieu, roi d’Angleterre, seigneur d’Aquitaine “. Cette titulature est originale puisque le roi remplace le titre de dux (duc) par le titre de dominus (seigneur). Par ce titre, Édouard III fait mention de l’indépendance de son duché d’Aquitaine vis-à-vis de la couronne de France.

Cependant, conformément au traité de Brétigny, Édouard III doit renoncer à la couronne de France. Malgré cela, il continue de faire figurer les armes de France (le semé de fleurs de lis) sur sa monnaie : elles sont présentes sur l’écu écartelé de France et d’Angleterre que tient le roi. Ce choix exprime ses prétentions à la couronne de France, même s’il y a renoncé, et rappelle sa filiation à la dynastie des Capétiens (sa mère, Isabelle de France, était fille de Philippe IV le Bel).

Le Guyennois contient des éléments d’identité propres aux souverains Plantagenêts, notamment la représentation des léopards. Si les deux félins aux pieds d’Édouard font référence aux territoires appartenant au roi d’Angleterre, (le royaume et le duché d’Aquitaine) dont les armes sont le léopard, ils permettent aussi de rappeler la filiation paternelle du roi. L’animal est, en effet, spécifiquement Plantagenêt. Cela se fait aussi à travers l’écu écartelé sur lequel figure également les armes d’Angleterre : trois léopards passant. Cette identification ne s’arrête pas là car, comme le Franc qui fait référence au peuple Franc, le nom de Guyennois renvoie au duché d’Aquitaine, qui au Moyen Âge porte aussi le nom de Guyenne.

Tout comme le roi de France avec le Franc à cheval, le roi d’Angleterre, avec le Guyennois, rappelle son rôle de premier chevalier du duché, dont le devoir est de protéger cette principauté. Ce rôle s’exprime par sa représentation en armure, coiffé d’une couronne sur son heaume, tenant une épée de la main droite et un écu de sa main gauche. De même, s’il n’est pas à cheval, le roi évoque aussi son caractère chevaleresque grâce aux éperons qu’il porte. Édouard III reprend également le ” DEI GRACIA “, pour signifier qu’il tient aussi son pouvoir directement de Dieu et qu’à ce titre il ne reconnaît aucune autorité supérieure sur terre et sur le duché d’Aquitaine.

Lorsque Édouard de Woodstock, dit le ” Prince Noir “, est institué prince d’Aquitaine en 1362 par son père Édouard III, il continue à frapper le Guyennois. Il perpétue, tout comme Charles V qui avait continuer à frapper le Franc à Cheval,  l’idéal paternel, maintenir la souveraineté Plantagenêt en Aquitaine.

Pour conclure

Pendant la guerre de Cent Ans, à travers la monnaie n’assistons-nous pas à un début de discours nationaliste en France ? La guerre a intensifié la volonté des rois de véhiculer une idéologie par la monnaie. Mais elle a également conforté le désir de s’identifier par rapport à son concurrent économique et politique. Ce souhait passe par des symboles (semé de lis ou léopard) et le nom de la monnaie, lesquels sont là pour rappeler les origines de l’émetteur, son histoire puis son appartenance à un peuple.

Cette volonté a persisté à travers le temps et existe encore de nos jours. Malgré la mise en place d’une monnaie unique dans toute l’Europe, sur nos euros français figure l’effigie de Marianne (allégorie de la République Française) ou la présence de la devise de la République, qui entoure un arbre dans un hexagone (représentant la France). Tous ces symboles sont des moyens de nous identifier par rapport aux autres pays européens et rappellent notre histoire.

 

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.