Les enjeux mémoriels d’une chronique navarraise du XIVe siècle

Représentation d’une bataille dans les “Cántigas de Santa María”
CC Wikimedia Commons

La Reconquête est sans doute l’un des sujets qui a fait couler le plus d’encre lorsqu’il s’agit de la péninsule ibérique médiévale. Les sources sont nombreuses et la période très large : depuis 711, le tout début de la conquête musulmane, jusqu’en 1492, par la conquête – ou « reconquête » – de Grenade par les rois catholiques. Le rôle de la Navarre dans ce processus évolue : elle y participe activement au début de la période, mais progressivement ses principales préoccupations se déplacent et se trouvent en dehors de la péninsule, notamment en France.

A la fin du XIVe siècle, García de Eugui, évêque de Bayonne, confesseur des rois de Navarre Charles II « le mauvais » et Charles III « le noble », écrit une chronique avec l’objectif de créer une tradition historiographique proprement navarraise. La Reconquête occupe une place centrale dans le texte, ce qui s’explique non seulement par son importance dans l’histoire de la péninsule Ibérique au Moyen Âge mais également parce qu’elle est capable de fournir une source de légitimation importante pour les pouvoirs chrétiens.

La péninsule Ibérique au XIVe siècle (Navarre en jaune et Islam en marron)
CC Wikimedia Commons

Mais pourquoi et comment Eugui cherche-t-il à légitimer la monarchie navarraise par son implication dans la Reconquête, alors que très tôt le royaume n’a plus eu de frontière commune avec les états musulmans ?
Voici une des problématiques qu’il faudra affronter dans ce projet de recherche qui, pour l’instant, en est à ses premières ébauches.

Eugui et sa chronique, quel intérêt ?

Éditée deux fois au XXe siècle, la chronique d’Eugui n’a pourtant jamais fait l’objet d’une analyse sur les perspectives idéologiques qu’elle véhicule. Jusqu’à présent, les études se sont centrées sur le contexte de rédaction, la vie de l’auteur et ses sources, mais pas sur le texte en soi.

Les chercheurs qui se sont intéressés à l’étude de cette chronique ne sont pas nombreux (quatre). Si les études sont peu abondantes, elles sont néanmoins assez variées. Elles partagent certains points de vue, mais présentent également des perspectives diverses. Les auteur divergent sur le rôle plus ou moins influent de Garcia de Eugui à la cour  et sur son implication plus ou moins forte dans l’écriture de la chronique, mais ils s’accordent pour dire que cette œuvre représente une étape importante dans la constitution d’une tradition chronistique navarraise indépendante.

Concernant la valeur historique de l’œuvre, l’intérêt majeur qui lui a été accordé tient donc à l’importance attribuée par Eugui à l’histoire navarraise : il s’agit de l’émergence, auprès de deux autres chroniqueurs – Jiménez de Rada et Garcí López de Roncesvalles – d’une tradition historiographique propre et particulière entre les XIIIe et XIVe siècles.
L’analyse de la Reconquête dans cette chronique amènera donc, plutôt qu’à voir le processus concret de « récupération » du territoire sur les pouvoirs musulmans, à étudier le cadre idéologique de celui-ci dans le contexte navarrais de la fin du XIVe siècle.

Cela nous ramène à notre problématique, c’est-à-dire savoir quelle est la place de la Reconquête dans le projet politique et idéologique de notre auteur. Sans aller si loin, il s’agira aussi et d’abord de découvrir les objectifs d’écriture de García de Eugui. Faute de ne pas pouvoir vous présenter des conclusions d’ensemble – les recherches sont en cours –, je vous propose deux exemples. Le premier illustre la naissance de ce projet idéologique navarrais lié à la Reconquête. Le deuxième, même s’il est moins significatif et peu représentatif de l’ensemble du travail de recherche, est tout à fait intéressant et amusera (je l’espère) le lecteur français.

« Berceau » de l’Ibérie chrétienne ?

Mes premières recherches m’ont amenée d’abord à déterminer tous les moments où Eugui évoque la Navarre dans la chronique et essayer d’en tirer quelques analyses. Le premier exemple apparait au moment du début de la conquête musulmane et se révèle représentatif de l’idée qu’Eugui se fait du rôle de la Navarre dans la lutte contre l’Islam :

« Les Arabes prirent toute l’Espagne, exceptés quelques hommes qui se réfugièrent dans les montagnes, comme en Biscaye, Alava, Guipúzcoa, Récovie et Aragon, que Dieu conserva pour que son nom ne fût pas oublié en Espagne ».

Pélage, considéré comme l’initiateur de la Reconquête ainsi que le premier roi des Asturies, lors de la bataille de Covadonga.
CC Wikimedia Commons

Parenthèse géographique : les trois premiers noms se situent effectivement en territoire navarrais (entre la Navarre et le Pays basque actuels). Le christianisme aurait donc survécu dans les « montagnes » et ces territoires du Nord, principalement dans une région où naît le royaume navarrais au IXe siècle. C’est pour Eugui un espace protégé par Dieu afin d’assurer la survie du christianisme dans la péninsule Ibérique.

Il est d’autant plus intéressant d’évaluer ces considérations en envisageant leur relation avec la situation géopolitique de la Navarre à la fin du XIVe siècle. Il s’agit d’une période où commence un certain rehaussement du royaume après quelques décennies marquées par une politique extérieure désastreuse qui avait occasionné la perte de nombreux territoires. Il s’agirait donc pour Eugui d’affirmer la territorialisation de la Navarre en qualifiant cet espace de berceau de l’Ibérie chrétienne, s’opposant ainsi à la version traditionnelle qui l’établit dans les Asturies. Légitimant donc l’existence de la Navarre par son rôle protecteur vis-à-vis de la religion chrétienne, au moment de l’amputation d’une partie de ces territoires, il lui confère une dimension hautement symbolique et presque sacrée.

Charlemagne, roi en Espagne ? Non merci !

Lorsque l’on étudie la péninsule Ibérique médiévale et plus particulièrement la Reconquête, nous ne pouvons pas la considérer comme un espace polarisé, divisé en deux, avec d’un côté les pouvoirs musulmans et de l’autre les pouvoirs chrétiens. En effet, les luttes et les divisions sont si importantes au sein des deux camps que les contacts sont fréquents entre eux.

Les divisions internes du côté chrétien sont nombreuses. Ceci se révèle évident lorsque les rois se voient obligés de dépendre du Pape qui, quant à lui, peut mobiliser les forces chrétiennes grâce à la convocation de croisades. Les rois hispaniques sont donc des voisins rivaux qui se retrouvent parfois alliés temporairement. Eugui, serviteur du roi navarrais, dépend néanmoins de sources principalement castillanes, et cherche souvent à atténuer les propos trop marqués par leur l’idéologie.

En outre, dans la chronique nous voyons comment la majorité des « peuples » de la péninsule s’attachent à leur indépendance et ne veulent pas obéir à un roi étranger, même si celui-ci est chrétien. Un épisode qui illustre cette idée apparaît dans le récit du règne d’Alphonse le chaste. Ce dernier ayant demandé de l’aide à Charlemagne, la possibilité que l’empereur règne aussi sur le royaume d’Asturies se révèle inacceptable pour les princes du royaume :

« [Les Espagnols, les princes, les cavaliers et les conseils] s’adressèrent au roi : “Tu veux nous donner un seigneur qui ne nous a jamais fourni de l’aide, des conseils, ni des efforts, et que nous nous soumettions à des gens étrangers. Dis à Charles de ne pas venir, que tu lui avais promis ce que tu ne pouvais pas tenir. Et si tu ne le fais pas et que nous découvrons qu’il vient, nous te couperons la tête, donnerons les terres aux musulmans et deviendrons leurs vassaux. Nous serons au moins seigneurs de nos têtes et même si nous vivrons en captivité, nous préférons être serfs des musulmans plutôt que des chrétiens, comme ils le sont à Tolède’’ ».

Charlemagne se présente ainsi comme un étranger, au même niveau que les princes musulmans.

En somme, l’analyse de cette chronique apparaîtra intéressante pour comprendre le royaume de Navarre au XIVsiècle, son fonctionnement politique lié à des questionnements idéologiques et de légitimation historique. En effet, l’étude de la place de la Reconquête dans le texte de cet évêque et confesseur du roi nous permettra de comprendre davantage le contexte navarrais au moment de sa rédaction plutôt que les événements qui y sont relatés.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.