Existe-t-il des églises fantômes ?

Eglise de Lalbenque, CC Jeannette Delher. Tout droits réservés.

Le Lot foisonne d’édifices religieux. Plus de 400 de ces monuments sont antérieurs au XIVe siècle, ce qui en fait l’un des départements de France où les édifices médiévaux sont les mieux conservés : parmis eux de nombreuses églises. Le réseau en paroisses que formaient ces églises est différent de celui que nous connaissons actuellement. A celles encore debout s’ajoutent donc les “disparues”, celles qui n’ont pas survécues aux temps.

La disparition d’édifices religieux n’est pas spécifique au Moyen-âge. En effet, de nombreuses églises sont détruites pendant les Guerres de Religion  ou suite à la Révolution Française. Néanmoins, une partie de ces édifices culturels méconnus ont disparus au Moyen-âge : ils n’ont pas survécu à l’épreuve du temps et ont complétement périclités pour diverses raisons. Ce sont des « églises fantômes ».

Cette réalité motive la recherche menée. Afin de comprendre le phénomène, et comme une étude globale était trop imposante, le choix de travailler sur le Quercy s’est imposé. De plus, une étude sur la structure des paroisses du Bas-Quercy avait déjà été menée par Florent Hautefeuille dans le cadre de sa thèse. Avec une reprise de ses travaux, complétée par d’autres sources, il a été conclu de s’arrêter sur le sud du Lot, entre Quercy Blanc et Causses de Limogne.

Le Bas-Quercy, où-est ce ?

Actuellement, avec le découpage territorial contemporain, le Quercy a totalement disparu des cartes lui aussi. La province correspondait originellement à cinq départements : le Lot dans son intégralité, la partie sud-est du Lot-et-Garonne, l’extrême sud-est de la Dordogne, la partie sud-ouest de l’Aveyron, et la partie nord du Tarn-et-Garonne, Montauban compris. Elle se découpe en deux parties : le Haut et le Bas-Quercy, avec pour ligne médiane le centre de la province, la ville de Cahors.

Le Bas-Quercy est un territoire historiquement riche : peuplé de celtes, il est occupé par les romains, puis subit les raids wisigoths, finit intégré aux vicomtés de Cahors et de Saint-Cirq-Lapopie, avant d’être dominé par les évêques de Cahors. De cette simplification extrêmement rapide, il ne faut retenir qu’une chose essentielle : la domination de l’évêque de Cahors, devenu seigneur temporel à partir du Xe siècle, suite la disparition des familles vicomtales de Cahors et de Saint-Cirq-Lapopie.

Comment l’Église occupe l’espace ?

Zone étudiée. CC Graziella Epito. Tout droits réservés.

Le diocèse est donc le cœur du pouvoir quercynois. Il est historiquement rattaché à la province ecclésiastique de Bourges. Comme toutes provinces ecclésiastiques, elle se compose de différents diocèses divisés en archidiaconés puis en archiprêtrés. Les recherches dans le cadre de ce mémoire en concernent quatre : l’archiprêtré de Vaux, de Montpezat-de-Quercy, de Saint-Cirq-Lapopie et de Cajarc. Deux d’entre eux ne correspondent pas entièrement au département mais c’est la partie lotoise qui est prise en compte. L’ensemble de ce découpage territorial fait apparaître une zone d’étude structurée entre Quercy Blanc et Causses de Limogne.

Donc, la province écclesiastique est découpée en diocéses, eux-mêmes découpés en archidaconés, eux même découpés en archipretrés. Cela devient donc plus compliqué déjà. Il ne faut pas non plus imaginé quelque chose d’homogéne et de parfaitement découpé, partagé et territorialisé. En effet, la notion d’espace n’étant pas tout à fait celle que nous utilisons, l’appréhension de cet espace est par conséquent différent. Cela donne lieu à des doublons et des confusions.

Mais encore plus compliqué est la derniére de ces subdivisions, la paroisse. En effet, une première salve de paroisses apparaît à l’époque mérovingienne et est une conséquence directe du découpage des diocèses dans le royaume Franc. C’est ce que l’on appelle tout simplement les paroisses mérovingiennes. En général, les églises de ces paroisses sont au coeur des villae. Ainsi, l’aire d’influence de la villa devient paroisse. Elles  sont de tailles variables mais en général assez étendues. A cette première salve de création, s’ajoute un redécoupage au XIIe siècle, portée en majorité par des décisions arbitrales des cours d’églises réglant des conflits de territorialité.

Qu’a-t-il de si spécial, ce Bas-Quercy ?

Jacques Duéze, cadurcien de naissance, est élevé sur le trône pontifical en 1316 à l’âge de 72 ans, sous le nom de Jean XXII. Durant ses 17 années de règne pontifical (régne qui ne devait pas être aussi long, selon ses confréres cardinaux ayant choisis le plus agés d’entre eux par dépit), il va œuvrer en grande majorité pour sa terre natale et pour la province de Quercy, notamment en gratifiant ses proches et amis de charges et de biens. C’est la nomination de ce pape qui explique la densité archivistique portant sur les questions religieuses dans le sud-ouest et plus particulièrement pour la province. Ces archives apportent des éléments précieux notamment sur le fonctionnement ecclésiastique et sur le statut des desservants, des biens et des monuments appartenant a l’évéché cadurcien.

Et il fallait bien que quelqu’un en fasse quelque chose : ce sont les travaux du chanoine Dumas,  de Guillaume Lacoste, d’Auguste Longnon et de nombreux historiens de la religion. Mais les recherches les plus importantes sont celles d’Edmond Albe. Ce chanoine de Cahors, professeur d’histoire au petit séminaire de Montfaucon a passé une bonne partie de sa vie à compiler les actes relevant de différentes archives, dont celles du Vatican.  La synthèse faite pour chaque commune constitue une source intarissable d’informations disponible aux archives diocésaines. L’ensemble devait constituer un Dictionnaire des paroisses, mais Albe est décédé avant d’avoir pu terminer ses travaux et le projet est donc resté à l’abandon.

C’est parmi ces recherches que peuvent être décelées les « églises fantômes ». Une fois complétée avec les pouillés (registre des biens ecclésiastiques), on découvre qu’en fait le maillage paroissial actuel n’est pas tout à fait le même que celui de l’époque et qu’un certain nombre d’églises ne sont plus. Par conséquent oui, il existe des églises fantômes : celle qui sont visible sur le papier mains qui n’existent plus physiquement.

Pourquoi une église disparait ?

Et bien pour diverses raisons, toutes plus variées les unes que les autres. Néanmoins, on peut les classer de différentes manières :

Les “modifications administratives” : la pratique de l’église mère / église annexe étant largement répandue en Bas Quercy, il arrive que certaines églises anciennement églises mères soient désertées au profit d’une église annexe qui devient alors église mère. Dans certains cas, les églises anciennement mère viennent à disparaître au profit des nouvelles.

Chateau de Couanac, Varaire. CC Graziella Epito

La lutte contre le patronage laïc :  au Moyen-âge, les églises en tant que bâtiments physiques n’appartenaient pas toujours aux clercs. En effet, de nombreux “patron” laïcs possédent les murs, ce qui devient pour l’Église un motif de lutte.  Portée par plusieurs grands clercs durant les IXe et Xe siécle, et  appuyée par la suite par la réforme grégorienne, cette lutte n’explique par toujours une disparition totale des édifices, mais au moins un abandon par un ou plusieurs groupes de population, voire tous les groupes, du lieu de culte. C’est le cas de l’église du Chateau de Couanac a Varaire.

La modification du maillage paroissial au XIIe : comme évoqué précedement, les paroisses primitives étant la continuité directe des villae en s’étendant sur la zone d’influence de ce centre économique et seigneurial, elles vont connaître au XIIe siécle des modifications. Cette continuté remarquée par exemple dans le cas de Saint Daunés (prés de Castelnau Montratier), va s’estomper avec le temps. Sauf qu’au XIIe, avec le remodelage précédemment évoqué, lié à des conflits de territorialité, elle disparaît. Ou les églises disparaissent elles aussi, ou elles survivent et sont intégrées dans le nouveau maillage paroissial mit en place.

Les nouvelles formes de village et le groupement de l’habitat : avec l’apparition au XIIe siècle des castrum et des castelnaux, et plus généralement des nouvelles formes d’habitat, des églises se retrouvent isolées du nouveau noyau de peuplement et tendent à disparaître. C’est le cas en Bas-Quercy notamment pour la paroisse de Belfort-du-Quercy, ou l’église Notre-Dame de la Figouse se retrouve hors du castrum et n’est peu à peu plus desservie au profit de la chapelle du castrum (Saint-Jean) qui tend à devenir une église paroissiale.

Les disparitions liées aux conflits : Dans une premier temps, la croisade des Albigeois (1209 – 1229) qui n’épargne pas le Quercy, notament Simon de Montfort, qui traverse la province avec l’ardeur que nous lui connaissons.  Ensuite, après l’essor économique des XIIe et XIIIe siècles, la province de Quercy est précipitée dans la guerre de Cent ans et en sort ravagée. Jean Lartigaut, médiéviste spécialiste du Quercy, ayant rédigé une thèse exposant les conséquences du conflits dans les campagnes quercinoises, va jusqu’à affirmer qu’il n’y a pas de province plus affectée par la guerre de Cent ans. En effet, du fait de la position stratégique du Quercy entre le royaume de France et les possessions anglaises, de nombreux raids ont lieu, en particulier en Bas-Quercy. La guerre n’est pas sans conséquence, d’une part sur les populations, qui sont décimées, mais aussi sur les biens matériels et notamment sur les églises. C’est le cas de Saint-Jean de la Rivière à Montcuq, transformé au cours du conflit en grange permettant le stockage et dont on a découvert récemment la fonction antérieure d’église, grâce à des fouilles ayant mis au jour des chapiteaux.

Les disparitions post-conflits : après la guerre de Cent ans, de nombreux village des zones touchées par la guerre tendent à disparaître et avec eux leurs églises. C’est le cas du village de Neule à Larnagol qui disparaît totalement et dont l’église n’est plus aujourd’hui qu’un mur.

Quelques questions récurentes.

« Une église, ça ne peut pas disparaître quand même ? » La réponse est si, dans une période ou la religion s’implante durablement comme pilier de la société comme le Moyen-âge, une église peut disparaître sans laisser de traces. Enfin plus ou moins, puisqu’elle peut laisser quelques traces dans la toponymie, mais de manière générale, à moins d’être très intéressé par les bâtiments religieux, peu de gens font le lien entre la présence d’une église disparue et le nom d’un lieu-dit : elle s’est effacée de la mémoire collective. L’église disparue peut également laisser des traces “physiques” mais rares sont les ruines du Moyen-âge, les pierres ayant resservies à d’autres usages.

« Oui mais c’est rare, non ? » Cette question est souvent posée. C’est également un « cliché ». Pour le sud du Lot, dans l’état actuel des recherches, c’est une cinquantaine d’églises qui ont périclité et disparue du paysage. Ce n’est donc pas un cas rare ou isolé.

Eglise actuelle Saint Martin de Saint Cevet, datant de 1905. CC Graziella Epito.

« Oui mais celle-là elle existe toujours, regarde ! ». Et bien oui, mais l’église atuelle n’est pas spécialement celle qui existait au Moyen-âge. En effet, dans plusieurs cas les églises initiales soit trop vetustes soit détruites sont reconstruites a l’emplacement exacte ou a proximité. Ce qui explique qu’elles aient disparues, mais qu’elles existent toujours. C’est le cas de Saint-Clair de Fontanes (anciennement champ Saint Martin) reconstruite au XVe siécle, ou de Saint Martin de Saint Cevet, reconstruite en 1905.

“Pourquoi les étudier si elle sont ruinées ou disparues ?” Pour répondre a cela je n’ai qu’une seule chose a dire : “Tous les hommes ont un secret attrait pour les ruines. Ce sentiment tient a la fragilité de notre nature, à une conformité secréte entre ces monuments détruits et la rapidité de nos existence.” François René de Chateaubriand.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.