L’Homme médiéval en son espace : ruralité, immobilisme et ignorance ?

Les Très Riches Heures du Duc de Berry, Mars, Chantilly. Cc Wikipédia

Les idées reçues sur le Moyen Âge sont nombreuses et persistantes. Encore aujourd’hui, la représentation d’une période d’obscurantisme, profondément rurale et dont la population serait largement statique, reste tenace. Il s’agit ici de rapidement se demander quels sont les véritables cadres de vie des médiévaux, en se centrant sur la ville, mais aussi de déconstruire certains préconçus encore trop ancrés dans nos représentations quant à l’image qu’auraient les hommes et femmes du Moyen Âge de leur environnement, proche ou lointain.

 

À l’image des Hobbits de la Comté, la connaissance de l’environnement par les médiévaux ne se limiterait qu’à leur propre village et aux quelques kilomètres de terres et de champs environnants, alors que tous les éléments plus lointains seraient profondément étrangers, donnant lieu à des images mythifiées, et, en définitive, irrémédiablement perçus comme dangereux.

Parallèlement à cette représentation caricaturale du rapport des hommes à leur espace et comme l’a mis en avant une étude de l’INRAP, l’idée selon laquelle il n’y aurait plus de ville au Moyen Age connaît encore quelques adeptes. En effet, l’image de belles villes florissantes est spontanément rattachée à l’Antiquité gréco-romaine ou aux cités de la Renaissance italienne, quand le Moyen Age serait essentiellement caractérisé par la campagne, les villages et les châteaux forts.

La ville médiévale, quésaco ?

L’image de véritables centres urbains n’est encore que rarement associée au Moyen Âge dans les représentations collectives. Pourtant, la période est marquée par la constitution d’un maillage urbain autour duquel se configure progressivement tous les espaces et activités. La plupart des villes sont de fondation antique, et c’est d’autant plus vrai en ce qui concerne l’Europe méridionale.

Au haut Moyen Âge, la grande majorité d’entre elles se maintient, mais en raison d’un ralentissement économique et démographique, elles perdent une partie des fonctions qu’elles pouvaient avoir dans l’Antiquité, notamment leur caractère productif et artisanal. En revanche, le Moyen Âge central et le bas Moyen Âge sont caractérisés par un important essor urbain : le renouveau économique du XIIe siècle en est à la fois la cause et le produit.

Représentation d’une foire au XIVe siècle. Le chevalier errant, Thomas de Saluces, 1403. Cc Bibliothèque nationale de France

D’authentiques fondations urbaines médiévales témoignent de l’importance reconquise par les villes en tant que cœur des territoires. Ces fondations, qui peuvent être impulsées voire ordonnées par le pouvoir monarchique, ou bien être « spontanées », consécutives à des réunions et installations de marchands donnant finalement naissance à des agglomérations, renvoient toutes à une fonction économique.

Toutefois, l’étude de cette fulgurante croissance urbaine et de ses causes, si rapide qu’on a pu parler de « chantier urbain » (Jacques Le Goff, 1957), a parfois mené les historiens à occulter la société et la population cachées derrière le terme de « ville », préférant l’envisager avant tout comme une donnée essentielle de l’histoire économique médiévale, ou bien retracer ses évolutions en fonction d’une histoire plus municipale que sociétale.

L’histoire urbaine est un domaine de recherche qui a, très tôt, éveillé la curiosité des historiens. Longtemps cependant, elle a été intégrée à l’histoire ecclésiastique, en tant que lieu de résidence de l’évêque, ou bien envisagée du point de vue municipal, en tant que lieu emblématique de la liberté, de l’autonomie, et donc finalement d’une modernité médiévale. L’envisager ainsi est aussi lié à des traditions locales, et à la construction d’un roman national rassembleur. En Italie, le phénomène urbain a largement participé à la construction étatique, et donc à la constitution de la mémoire.

En revanche, en France, les forces et particularismes régionaux ont moins souvent été mis en avant, le royaume et sa politique étant en théorie définis selon un organigramme pyramidal dont le sommet est le roi. Toutefois, force est de constater qu’il existe dans la France méridionale des rayonnements et fonctionnements urbains similaires à ceux des cités indépendantes italiennes : se pourrait-il que Narbonne, Montpellier, Toulouse ou Nîmes ne soient pas si différentes des illustres Venise, Florence ou Pise ?

Capitouls de Toulouse, 1352-1353. Archives municipales de Toulouse, BB 273. Cc Archives de Toulouse

Ce qui rapproche ces villes de leurs homologues italiennes est l’existence du consulat, un mode de gouvernement urbain très particulier, mais distinct des deux piliers traditionnels que sont le pouvoir féodal représenté par le comte ou son vicomte (pas toujours puisque lui même est parfois très autonome), et le pouvoir ecclésiastique en la personne de l’évêque ou de l’archevêque. Ces pouvoirs coexistent, et on comprend alors qu’étudier la ville, ses différents acteurs politiques et leurs interactions, puisse facilement conduire à « oublier » les populations !

Parallèlement et liée à l’idée de voir la ville au moins comme le lieu de libertés inexistantes ailleurs, au plus comme un contre pouvoir à l’autorité monarchique, l’envisager comme cœur des activités économique a également pu conduire à en faire un lieu mythifié, idéalisé, et finalement complètement coupé des autres structures  ; « la ville est césure, rupture, destin du monde » (Fernand Braudel, 1979), et sa parfaite représentation serait celle du marchand, héros solitaire des villes médiévales.

Rapport à la ville et rapport à l’espace des médiévaux

Dans la bibliographie, la prise en compte des individus en tant qu’entités pleines et entières, qui se structurent en fonction des normes propres à la ville mais qui impactent également celle-ci, n’est que tardive. Elle est liée au renouveau de l’histoire sociale des années 1980, moment où s’opère le cultural turn, qui accorde une importance croissante aux acteurs, compris comme les masses et pas uniquement les vedettes.

Le mouvement n’est pas le premier à prendre en compte la population, mais il lui attribue un rôle véritablement actif et autonome dans les changements sociaux. Cette prise en compte tardive des personnes par les historiens, privilégiant d’abord des approches politiques et économiques surplombantes, a-t-elle contribué à faire perdurer dans les représentations actuelles des images mythifiées de la ville, leur silence prenant la relève des caricatures délivrées par les romantiques du XIXe siècle ?

En effet, la première image qui vient au grand public de la populace urbaine médiévale est celle de masses lépreuses et pestiférées et de monceaux de cadavres ; la ville serait insalubre, la vie et la mort se côtoieraient de très près, en rupture avec les périodes antérieures et postérieures. En effet, en ce qui concerne le monde occidental du moins, seules les villes en voie d’industrialisation du XIXe siècle semblent véhiculer une image aussi sombre.

Une représentation médiévale de la peste. Boccace, Le Decameron, 1349-1953, Cc Bibliothèque nationale de France

Mais alors, si le tableau est aussi tranchant, comment expliquer que l’on puisse déjà parler au Moyen Âge de premières manifestations d’un exode rural ? La population des campagnes reste évidemment de loin supérieure à celle des villes, mais on assiste à des migrations d’ordre professionnel, liées à l’absorption de nombreuses activités par les villes, donnant à voir, loin de l’immobilisme auquel on associe fréquemment la période, des sociétés cosmopolites et en mouvement.

Florence accueillant des Siennois fuyant la famine, v. 1320-1335. Il Libro del Biadaiolo, Florence, Bibliothèque Laurentienne

Qui sont ces populations qui alimentent la démographie urbaine ? Il s’agit là d’une question à laquelle on peut fournir une infinité de réponse, sans aucunement pouvoir dresser un portrait type du migrant en milieu urbain au Moyen Âge. Ceux auxquels on pense le plus spontanément et qu’on a déjà cité sont les marchands, dont les affaires contraignent à l’itinérance, même s’ils sont toujours plus fixés dans un centre urbain que dans les autres où ils font commerce.

Des populations plus ou moins qualifiées peuvent s’y rendre dans le but de trouver du travail : des troupes entières d’artisans peuvent ainsi être itinérantes, mais ces déplacements peuvent également être plus durables voire définitifs, et correspondre à une stratégie non pas collective mais individuelle… pas de grande différence donc avec l’exode rural auquel a été confronté notre société contemporaine à la fin du XIXe et au XXe siècle.

Ces individus sont le plus fréquemment issus des campagnes environnantes, mais il existe également des déplacements sur de longues distances. On peut penser au cas où des villes, même éloignées géographiquement, entretiennent des relations commerciales privilégiées en raison d’exemptions de taxes par exemple. Si les premiers réseaux sont dans ce cas marchands, leur existence crée des liens de sociabilité et impacte la perception que les habitants ont de l’espace, et donc leur « potentiel migratoire ».

En fait, il faut bien imaginer que le monde médiéval n’est absolument pas un monde immobile, et que tout le monde se rend en ville : en témoigne le rôle majeur des foires dans leur développement, en tant que moments de fêtes et moteurs économiques connus et très fréquentés. Les villes, se constituant en maillage urbain et en réseaux économiques et sociaux, participent aux mobilités médiévales, comme la Méditerranée qui est un espace profondément connecté, et ce depuis l’Antiquité.

The Hobbit Film GIF - Find & Share on GIPHY

Alors, bien sur, ce sont probablement les marchands qui ont la vision la plus précise et la plus globale de l’espace, mais il semblerait surprenant que l’ignorance totale de tout ce qui dépasse le cadre du village ait été la norme. L’espace géographique de l’homme médiéval n’est pas celui du territoire, que ce soit celui du village, du diocèse ou du royaume ; si le diocèse reste une unité de mesure et de connaissance de base, les frontières politiques ne sont pas figées et n’ont pas toujours une réelle matérialité pour les populations.

En fait, l’espace de l’homme médiéval est un espace vécu (Paul Zumthor, 1993), ce qui ne veut pas dire que son horizon soit forcément étriqué. Il correspond aux activités de chacun, mais comprend au moins la capitale régionale, en tant que cœur ecclésiastique, économique et social.

 

Illustration de l’en-tête : Atlas catalan, 1375, Bibliothèque nationale de France.


2 réponses sur “L’Homme médiéval en son espace : ruralité, immobilisme et ignorance ?”

  1. Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses (sur fr.hypotheses.org et hypotheses.org).
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypothèses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.