La CIA au Moyen âge : kesako ?

Ferdinand d’Aragon reçoit la reddition de Loja . CC Wikimedia Eusebi Valldeperas

L’activité guerrière n’est pas moindre au XVe siècle que pendant le reste du Moyen Âge. Cependant, une chose évolue et se démarque : la préparation des opérations. Et oui, notre époque n’a rien inventé et nos ancêtres avaient déjà tout compris : ils pratiquaient le renseignement militaire. Espionnage, ruse, intimidation, vous saurez tout sur une des pratiques (presque) aussi vieilles que le monde.

Avant de s’intéresser au renseignement militaire médiéval en lui-même, il faut se poser les questions typiquement propres à la recherche en histoire : qui ? quand ? où ? pourquoi ? Le type de « CIA médiévale » qui m’intéresse, et sur laquelle je travaille actuellement, concerne la pratique du renseignement militaire sur la frontière entre la Castille et Grenade au XVe siècle. Cette pratique de renseignement est utilisée par les grands nobles de la frontière dans le cadre des guerres de Grenade.

Quelle est la frontière entre Castille et Grenade ?

Cette frontière, caractérisée par une importante activité militaire, est très mouvante au XVe siècle. Zone tampon, c’est-à-dire zone d’affrontement, elle constitue la limite entre la Couronne de Castille, chrétienne, et le Royaume (ou émirat) de Grenade, musulman. Cette frontière bouge et est repoussée d’un côté et de l’autre en fonction de l’avancée des troupes.

La mobilité de cette frontière a pour facteur quelque chose de simple : les conjonctures politiques et militaires. Par exemple, pendant les guerres de successions castillanes, le rapport de force entre Castillans et Grenadins est très équilibré, avec des avancées chrétiennes et des reprises de territoire par les musulmans. Par contre, sous les Rois Catholiques et pendant les guerres de Grenade, le rapport de force bascule en faveur des Castillans qui font une avancée importante sur les terres musulmanes pour grignoter progressivement (en une dizaine d’années : 1482-1492) jusqu’à Grenade.

Le “grignotage” du territoire se fait par les différentes opérations militaires lancées par les Castillans.

L’émirat de Grenade et la conquête castillane. Wikimedia Té y kriptonita

Mais alors, on se bat comment ?

Les opérations militaires sont aussi variées que les situations. À chaque ville, campagne et forteresse, son attaque. Et oui, on ne prend pas de la même manière une forteresse ou une ville. Les nobles vont engager des types de troupes variables avec des quantités différentes. Ils vont choisir le siège plutôt que l’attaque éclair, la nuit plutôt que le jour. De même, après l’attaque, rien n’est laissé au hasard. En effet, les capitaines de guerre choisissent de mettre en place une garnison ou de se livrer à la pratique du sac, en fonction de l’espace pris.

Et non, les troupes militaires médiévales ne sont pas une bande de barbares armée de haches, ni des hommes en armure posés sur des chevaux ne pouvant pas combattre, et encore moins des troupes allant au combat la fleur sur le bout de l’épée. Bien au contraire ! Les troupes militaires sont organisées, dirigées, et suivent scrupuleusement les directives des conseils de guerre. Un peu comme notre armée, mais à l’époque médiévale.

Pour le combat en lui-même, on va avoir recourt :

  • A l’escarmouche ;
  • Au corps à corps ;
  • A l’attaque éclair ;
  • A la grande bataille en elle-même.

Mais aussi, en ce qui concerne les pratiques moins connues mais pas moins utilisées :

  • Au siège ; 
  • Au sac ;
  • A la pression sur la population pour la pousser à la révolte.

Toutes ces pratiques sont régulièrement utilisées. Leur emploi dépend toujours des mêmes paramètres de stratégie militaire, c’est-à-dire de la zone géographique attaquée, de la période de l’année et de la temporalité, du contexte politique, et de la capacité militaire de l’ennemi.

Par exemple, l’escarmouche va être utilisée en marge, dans le but d’éviter un affrontement total, ou dans le cas d’une attaque durant le déplacement des troupes, alors que l’attaque éclair va correspondre à une attaque, souvent nocture, d’une forteresse dans le but de la prendre par la force des armes. Dans un autre exemple, le siège va être utilisé pour affaiblir une cité, une ville, une forteresse dont la garnison ennemie est importante. Dans une autre mesure, le sac est généralement employé pour affaiblir une population ennemie.

Et le renseignement militaire dans tout ça ?

Comme faire la guerre c’est bien, la préparer c’est mieux, le renseignement militaire est justement là pour préparer les opérations militaires. C’est d’ailleurs l’objet de ma recherche : le renseignement militaire pour préparer la guerre sur la frontière castellano-grenadine au XVe siècle.

Le renseignement militaire se décline de plusieurs façons dans cette zone et à cette période. On peut aussi bien avoir recours :

  • Aux éclaireurs, dans le but de repérer les lieux, les déplacements de troupes ennemies, les quantités de garnisons, mais aussi l’environnement.
  • Au balisage, afin de repérer les lieux , mais aussi dans un but de stratégie avec des marquages sur les murs des forteresses pour le lancement des attaques.
  • A l’intimidation, qui permet d’obtenir la reddition de forteresses, de tours ou de villes ennemies.
  • A la ruse, fréquente dans les attaques.
  • A l’espionnage, où l’espion est envoyé directement au sein des troupes ou des bâtiments ennemis.
  • Au détournement d’informations, où les troupes castillanes réussissent à capter les informations qui circulent sur la frontière et à les réutiliser pour leur propre usage.

L’usage du renseignement militaire et le choix du moyen de collecte d’informations n’est pas fait au hasard. En effet, pour les petites forteresses et objectifs les moins importants, un simple balisage avec des éclaireurs suffit. A contrario, pour les villes les plus importantes, des espions, la ruse, etc., sont souvent employés pour réussir à prendre les villes soutenues par Grenade en raison de leur importance ou de leur place géostratégique.

Le choix de l’usage du renseignement militaire peut aussi se décider suite à un conseil de guerre. Un autre phénomène visible sur la frontière est le lancement d’une attaque suite à un message, une lettre ou une rumeur qui circule. Par exemple, un noble apprend par un messager chrétien ou même maure que telle ville est affaiblie, et il peut choisir de l’attaquer. Néanmoins, il fera toujours vérifier les informations reçues en raison de l’abondance des activités de renseignement dans le camp adverse.

En résumé, le renseignement militaire est quelque chose de particulier, propre à une situation, à un moment donné, à une zone, et à une capacité militaire.

 

Et comment on le sait ?

Les sources ! Dans le cas de mon sujet, elles sont principalement, voire uniquement, écrites. Je suis partie de deux chroniques :

  • Celle du Connétable don Miguel Lucas de Iranzo : Relaciones de los hechos del muy magnifico e mas virtuoso senor, el senor don Miguel Lucas, condestable de Castilla. Il exerce sa charge entre 1458 et 1473 sous le règne du roi Henri IV de Castille. Sa chronique retrace ses faits militaires, mais aussi, plus généralement, la vie de frontière à cette période.
  • Celle du Marquis de Cádix Rodrigo Ponce de León : Historia de los hechos del Marqués de Cádiz. Principal capitaine des Rois Catholiques, il participe à la prise de Grenade (1492). Sa chronique décrit sa capacité militaire et présente la place de la stratégie guerrière dans les opérations militaires de la frontière.

Après une lecture attentive des deux chroniques accompagnée d’un relevé d’informations, un tableau a été dressé pour comparer les principaux résultats. Par la suite, ces informations vont être complétées par des recherches en archives sur les lettres échangées par les nobles sur la frontière.

Un manuscrit des poèmes du marquis de Santillane. CC Wikimedia Inconnu

Et si on veut aller plus loin ?

Quelle est la différence entre l’espionnage et les éclaireurs ? Les éclaireurs sont envoyés pour repérer les lieux extérieurs et l’environnement. Ils sont visibles, peuvent faire des escarmouches, et peuvent être envoyés à n’importe quel moment, aussi bien deux semaines avant l’attaque, comme deux jours, comme deux heures. A contrario, l’espionnage est souvent un travail de longue haleine, nécessitant d’acquérir la confiance des ennemis et une totale discrétion de la part de l’espion. Les informations sont recueillies et, soit envoyées au fur et à mesure par des messagers, soit à la fin de la mission lors un rapport complet. De plus, les éclaireurs sont généralement des militaires chrétiens, alors que les espions peuvent être chrétiens comme musulmans et pas nécessairement des hommes de guerre.

Est-ce qu’on peut déjà parler d’une véritable stratégie ? Oui, pour les troupes, et notamment les grands nobles, la stratégie est importante et même indispensable pour mener la guerre. Les troupes sont organisées, en ordre, et suivent scrupuleuses les directives prises en conseil de guerre. Le renseignement militaire fait partie intégrante de la stratégie. il est aussi bien un déclencheur d’attaques, qu’un outil pour le conseil de guerre dans l’établissement d’une stratégie.

Et la temporalité ? Le temps est un élément important. Les attaques peuvent se faire à la levée du jour comme dans la nuit, et les déplacements de troupes se font uniquement la nuit. Il faut attaquer vite et sans se faire remarquer avant l’assaut. Par conséquent, la temporalité peut faire partie des renseignements militaires dans une certaine mesure.

Pour finir, un dernier mot à rajouter ?

En conclusion, le renseignement militaire est une partie intégrante de la stratégie militaire des Castillans dans les guerres de Grenade, et plus largement dans les opérations militaires sur la frontière.

Le renseignement, en tant que stratégie, permet de préparer le combat, mais aussi et surtout d’appréhender le danger. Or, “De tous les dangers, le plus grand est de sous-estimer son ennemi.”

La capitulation de Grenade Wikimédia CC Francisco Pradilla Ortiz

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.