Le travailleur manuel, un pion comme les autres ?

Cc wikipédia Jacques de Cessoles

Plusieurs études abordent les travailleurs manuels au Moyen Âge. Par le biais de préoccupations contemporaines, plusieurs angles d’approche sont traditionnellement retenus : Leur salaire, leur niveau de vie, leur rythme ou encore leurs conditions de travail. Je propose ici de s’attacher à des notions plus abstraites. Comment le travailleur manuel est-il perçu au Moyen Âge ?

Imaginez un jeu d’échecs où chaque pion représente soit une figure particulière soit une catégorie socio-professionnelle. La première rangée est composée de pièces symbolisant le nec plus ultra de la société : ils ont du pouvoir, de l’argent, des titres et l’on parlera d’eux bien après leur mort. Ils ne représentent qu’une poignée d’hommes et de femmes, ô combien importants. Ils encadrent les pièces de la deuxième rangée, ceux que l’on nomme communément les “pions”, assurément les plus nombreux.

Ajoutez à chacun, pions ou figures, des capacités de déplacements spécifiques, des vertus morales caractéristiques, des vices particuliers, des taches et des fonctions sociétales. Vous obtenez ainsi l’oeuvre de Jacques de Cessoles, un moine dominicain du XIIIe siècle, qui, à travers son livre du jeu des esches moralisé, tente de mettre en scène la société médiévale.

Dans la peau d’un moine dominicain :

Imaginez maintenant que vous soyez Jacques de Cessoles. Vous tentez de mettre par écrit cette société fantasmée de toute pièce à travers le jeu d’échecs. Comment feriez-vous pour représenter toute la société avec les 16 pièces du jeu d’échecs qui s’offrent à vous ? Une seule alternative : une pièce représentera plusieurs catégories de personnes. Habile, n’est-ce pas ?

Néanmoins, le roi et la reine sont bien trop important pour les mélanger au reste de la population. Leurs loyaux serviteurs, le juge, le chevalier et le représentant du roi, caractérisés par la tour, tiennent une place également centrale et à ce titre, ne peuvent incarner d’autres figures que la leur. Les pions semblent tout indiqués pour assurer ce rôle. Ils refléteront donc plusieurs catégories socio-professionnelles. Soyez certain qu’aucun d’entre eux n’en tiendra rigueur, ils ne verront de toute manière même pas l’ombre de votre oeuvre. 

La damier échiquéen selon Jacques de Cessoles. Cc Romain Moularat

Le succès de votre production est sans conteste, il sera copié et traduit en de nombreux exemplaires dans les siècles à venir. Jean de Vignay, au XVe siècle, sera un de ces nombreux traducteurs et destinera votre oeuvre au duc Jean de Normandie, rien que ça. Il apporte d’ailleurs un soin particulier à l’ouvrage et l’on devine déjà ses recommandations : “La première page comprendra des motifs ornementaux faits de végétaux stylisés de différentes couleurs, certains de ces motifs seront remplis de feuilles d’or. Des enluminures et des lettrines soigneusement décorées orneront mon chef d’oeuvre qui sera traduit du latin en français”.

En effet, une des copies du manuscrit, attribuée à Jean de Vignay, est présente à la bibliothèque municipale d’Albi. Cette oeuvre comprend une enluminure pour chaque catégorie socio-professionnelle présente dans le livre du jeu d’échecs.

La schizophrénie d’un pion : l’épicier/apothicaire/médecin :

Une de ces enluminures représente l’épicier, l’apothicaire et le médecin. Pourquoi avoir rassembler ces 3 professions en un seul et même pion ? Le point commun entre ces métiers est le contact qu’ils entretiennent avec le sang et le corps. L’épicier et l’apothicaire, dont les fonctions se confondent au Moyen Âge, faisaient partis des mêmes corps de métier et devaient fournir des denrées et des remèdes – sous l’ordonnance d’un médecin – et intervenaient directement auprès des malades. Il convient néanmoins d’être prudent à la dénomination et aux catégories de métiers qui sont ici évoquées.

Plusieurs catégories de médecins coexistent pendant la période médiévale. Il faut bien différencier le médecin ayant eu une formation à l’université et le médecin chirurgien. Le premier devient maître dans la science des arts dits libéraux, dans une prestigieuse université, comme par exemple la faculté de médecine de Montpellier, qui ouvrit officiellement ses portes en 1220 grâce aux statuts octroyés par le légat du pape Conrad d’Urach. Celui-ci n’est en aucune manière en contact avec le sang, c’est un homme d’étude et de livres.

L’épicier/apothicaire/médecin représenté dans le manuscrit 104 (traduction du XVe siècle) de Jacques de Cessoles. Cc Bibliothèque municipale d’Albi

La deuxième catégorie de médecin, le médecin chirurgien, est quant à lui considéré comme un travailleur manuel. Il officie dans ce que les clercs médiévaux appellent les artes mecanicae, qu’ils différencient des artes liberales.

Selon Thomas d’Aquin, les arts mécaniques, ou serviles, “visent l’utilité pratique et la fabrication”. Hugues de Saint-Victor ajoute qu’ils visent “à pallier les défaillances du corps”. Il se distingue donc des pièces nobles par le fait qu’ils produisent des biens qui agissent pour et sur les hommes de la Jérusalem terrestre.

Sous l’ombre omnipotente de Saint-Augustin :

On retrouve ici une classification qui trouve ses fondements dans l’Antiquité. En effet, la morale de Saint-Augustin oppose la corporalité, tout ce qui a un corps et qui est visible, et l’intériorité, tout ce qui relève de l’esprit. Beaucoup de clercs médiévaux prennent appui sur la philosophie antique : celle-ci constitue à de nombreux égards un héritage primordial.

Ainsi, l’épicier, au même titre que l’apothicaire et le médecin chirurgien, transforment la nature, modifient l’oeuvre de Dieu et s’abaissent donc, selon les clercs médiévaux, à des préoccupations terrestres.

Le jeu d’échecs ou une société idéale ?

L’oeuvre de Jacques de Cessoles constitue une source précieuse et nous permet d’observer certains cadres mentaux. La notion de “travailleur manuel” au Moyen Âge désigne des catégories socio-professionnelles bien différentes, loin de nos conceptions contemporaines. Sans pour autant dire que celui ci est marginalisé, il se différencie néanmoins des grands du royaume par son rapport de subordination et les tâches qu’il occupe.

Selon notre auteur,  ils doivent avoir une place définie et doivent être soigneusement encadrés. Si tel n’est pas le cas, le risque est de voir se multiplier des joueur de dés, ceux la même que notre auteur désigne sous l’appellation de “ribauds”, personnage caractérisé par ses vices, son avarice et sa luxure.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.