Sainte-Julianne ou la colline de la mort

Blason de Roquecourbe, CC Wikipédia, Projet Blasons.

Non loin du village de Roquecourbe (Tarn) se trouve un éperon rocheux très particulier : la colline de Sainte-Julianne. D’un point de vue historique cet éperon est important pour deux raisons. La première c’est parce que durant le Moyen Age il figure sur les armoiries de la baronnie de Roquecourbe. La seconde c’est parce que c’est en haut de cette colline que se trouve le site archéologique le plus intriguant de toute la commune : c’est de ce site que traite mon sujet de M1.

Un site funéraire …

Le site de Sainte-Julianne a été fouillé entre 1952 et 1967. A cette occasion, les fouilleurs ont découvert de nombreux éléments qui démontrent une occupation du site dans le passé. Parmi ces découvertes figurent des ruines d’une église, d’habitats, d’une tour et même d’une muraille contournant tout le sommet de la colline. Les découvertes font qu’on peut considérer sans trop d’erreur que le site a été occupé pendant le Moyen Age. Néanmoins, l’élément le plus étonnant reste quand même la découverte de nombreux sarcophages et de fragments d’ossements humains dispersés dans tout le site.

Emplacement de la colline de Sainte Julianne dans le territoire (fond IGN), CC Géoportail, carte modifiée par Lionel CARRENO.

La majorité des ossements retrouvés sur place sont en très mauvais état. D’ailleurs, on a beaucoup d’os brisés et de nombreuses parties manquantes. Les chercheurs de l’époque assimilent ces découvertes macabres à des signes de massacres mais si s’était effectivement le cas, pourquoi aucune arme n’a été retrouvée ? Également, le site a pu aussi être pillé par des chercheurs clandestins cherchant des richesses sans prêter attention aux éléments sans valeur, mais qu’est ce qui pourrait justifier cela ? En tout cas, une chose est certaine, c’est qu’il s’est passé un évènement conflictuel en ces lieux et cette incertitude le rend encore plus intéressant à étudier.

…Mais à la fois si mystérieux…

Cependant, le site de Sainte Julianne ne se limite pas qu’à cela, il y a aussi une dimension mystérieuse qui plane en ces lieux. Concrètement, on sait par un fragment d’amphore italique découvert au moment des fouilles qu’il y a un début d’occupation au moins à partir de 1 av. J.C. De plus, comme les structures découvertes sont sans nul doute médiévales on peut supposer que l’occupation s’étend au moins jusqu’au XIVe siècle.

Toutefois, même si la chronologie semble cadrée, il y a des éléments intrigants qui restent sans  solution aujourd’hui. L’un de ces éléments est la présence d’un sarcophage dans le chevet de l’église, contenant un sujet recouvert chaux, très bien conservé.

Photographie du sarcophage se trouvant dans le chevet de l’église © Lionel CARRENO.

Au vu de son emplacement, on peut supposer que c’était une personne importante pour la communauté qui vivait autour de l’église de Sainte-Julianne. Au Moyen Age, les fidèles demandent souvent à être enterrés près d’un lieu de culte pour être proches de Dieu et  s’assurer l’accès au Paradis.

…Et tellement captivant !

Le site de Sainte-Julianne est plein de surprises car on ne sait pas ce qu’il représentait dans le passé. Actuellement, on ne dispose que d’hypothèses pour définir le type d’occupation du site. L’une de ces théories est que le sommet de la colline a peut être accueilli un ancien village médiéval car à l’époque, les petits groupes de populations se concentrent autour d’une église ou d’un château. Selon une autre hypothèse, Sainte-Julianne ne serait qu’une église isolée avec un cimetière, ce qui pourrait expliquer la présence de tant de sarcophages mais suppose peu d’habitants à proximité du site.

Même si ces théories ont l’air pertinentes , nous n’avons aucune preuve pour les justifier. Pour en savoir plus il faudrait faire une fouille précise dans les zones d’habitats à l’est de l’église.

Un autre élément déterminant de cette recherche pourrait être d’étudier les  restes retrouvés à Sainte-Julianne et actuellement conservés au CERAC. L’analyse en laboratoire de ces restes pourrait donner de nouveaux résultats et de nouvelles données pour comprendre le site. Par exemple, la datation au radiocarbone d’ossements pourrait donner des datations  plus précises des périodes d’occupation du site de Sainte-Julianne.

Fragments d’un crane brisé © Lionel CARRENO, photographie prise au CERAC.

Pour conclure, le plus important aujourd’hui est de réunir les documents et d’en faire une synthèse . Par la suite, à partir de cette base de données , il sera possible de définir plus précisément les études et les recherches qui pourraient être réalisées si les recherches archéologiques reprenaient un jourà Sainte-Julianne.

AU TRAVAIL !!!!!!

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.