Voyagez dans le temps à Périgueux grâce à l’archéologie du bâti

Qui n’a jamais rêvé de voyager dans le temps ? De voir les vestiges du passé retrouver leur éclat d’antan et de voir les hommes qui les ont bâtis pour leur demander de nous parler de leur monde ? Comme l’écrivait l’abbé Audiernne en 1851 « Pour peu qu’on contemple ces ruines, l’imagination s’échauffe, s’exalte, et, dans le noble délire de la science, on croit assister à ces nombreux événements auxquels ont survécu ces majestueuses ruines. ». C’est tout l’intérêt de l’archéologie du bâti, comprendre ces vestiges, leur histoire et reconstituer leurs évolutions dans le but de mieux comprendre les hommes qui en sont responsables. A l’image de la tour de Vésone, les vestiges gallo-romains nous offrent souvent un aperçu figé du monde tel qu’il était il y près de 2 000 ans, mais pour peu qu’un édifice ait traversé le temps et évolué avec celui-ci, ce dernier nous offre 2 000 ans d’histoire…

Rue de Turenne, à Périgueux, en plein cœur de la Dordogne, se trouve un ensemble de vestiges considérables (que l’on entrevoit sur l’image d’entête), il comprend entre-autre le Château Barrière, la Porte Normande, la muraille gallo-romaine et enfin l’Hôtel d’Angoulême. Ces différents édifices s’entremêlent physiquement et idéologiquement, ils sont un aperçu de la ville au Moyen Âge . L’hôtel d’Angoulême, longtemps délaissé par les chercheurs, suscite aujourd’hui l’intérêt de tous. Cette imposante bâtisse est en effet le résultat d’une évolution qui commence avec la muraille gallo-romaine il y a plus de 1 700 ans !

Le début du voyage : l’étude archéologique du bâti

Modèle  3D de l’Hôtel d’Angoulême, vue sud-est. Par Anthony RUIZ

Il s’agit d’étudier les relations que les pierres d’un édifice entretiennent entre elles, c’est à dire comprendre comment a été construit l’édifice et restituer les différents aspects de la bâtisse  correspondant à ses phases d’évolution dans le temps.

On commence par réaliser une étude documentaire qui nous permet de retrouver les traces que l’édifice a laissé dans l’histoire au travers des sources écrites anciennes. Cette étude documentaire sert aussi à replacer l’édifice dans un cadre scientifique, en d’autres termes on regarde si l’édifice a déjà été étudié et si son étude peut être utile à des problématiques de recherches variées.

La seconde étape est la réalisation d’un dossier graphique : on parle d’acquisition et de traitement des données. C’est la première phase de terrain, on réalise les plans de l’édifice ce qui permet d’avoir une vue d’ensemble et une meilleure compréhension de ce dernier. L‘archéologue dispose de nombreux outils comme la station totale ou la photogrammétrie mais le meilleur outil… reste encore notre tête.

L’étape suivante est l’analyse du bâti : on identifie et caractérise les éléments remarquables qui se trouvent sur les murs de l’édifice, ce qui permet de déterminer les faciès de construction (les différentes étapes de la construction de l’édifice). On interprète ensuite ces faciès pour proposer une suite logique de ces étapes, c’est à dire un phasage chronologique. Par exemple : on construit un mur et plus tard le propriétaire décide de percer ce mur pour réaliser des fenêtres, on a donc au moins deux phases.

La dernière étape qui est certainement la plus difficile est la restitution et la datation. On utilise toutes les informations à notre disposition pour proposer un aspect possible à une certaine époque et dater les différentes étapes de l’évolution de l’édifice. On peut ensuite effectuer des fouilles et faire appel à des laboratoires pour nous aider à analyser et à dater l’édifice.

En plein dans l’histoire du Périgord

Focus sur la Cité à Périgueux. Extrait du « Le vray pourtraict de Périgueux » de François Belleforest en 1575 (Archives départementales de la Dordogne, 1 Fi 1_24322_01 ) En Jaune, l’Hôtel d’Angoulême. En rouge, le Château Barrière. En vert, la muraille gallo-romaine.

Tout commence il y a 2 000 ans avec la ville de Vesunna, capitale de la cité gallo-romaine des Pétrocores. Cette grande ville va connaitre des perturbations que l’on retrouve partout dans l’Empire romain, ce dernier connait à ce moment des difficultés à gérer son territoire notamment à cause de problèmes politiques internes, la routine de nos jours. Une grande partie de la population de la ville va alors faire le choix de s’installer en campagne, les habitants restant s’organisent alors pour remettre à leur échelle leur ville dépeuplée, cela se passe entre entre le IIIe et le IVe siècle de notre ère. Dans le cas de Vesunna, les habitants prennent la décision de rebâtir la ville plus au Nord sur un plateau surélevé par rapport à l’ancienne ville. Dans une logique défensive mais aussi de prestige, ils font le choix de construire une muraille autour de la nouvelle capitale, à l’image de l’ancienne Rome, et, partout dans l’empire, les grandes villes partagent plus ou moins ce choix, comme Poitiers, Tours ou Bordeaux par exemple. Cette transition se fera notamment en démontant les édifices de l’ancienne ville. Sur l’image ci-dessus on peu voir les restes du temple dédié à la déesse tutélaire au sud de la nouvelle ville (marqué d’un A). 

De l’Antiquité, à gauche, vers la fin du Moyen Âge moyen-âge, à droite (à gauche image de Jean-Claude Golvin, vue d’artiste, à droite gravure du XVIe siècle par François de Belleforest « Le vray pourtraict  de Périgueux ») En rouge (le temple de Vésunna) et en vert (les arènes de Périgueux) sont situés les vestiges antiques visibles au Moyen Âge. Sur l’image de droite, on observe sur la gauche, la Cité et sur la droite le Puy-Saint-Front.

Les hommes ont entretenu cette muraille pendant des siècles avant de commencer à la démonter bloc après bloc afin de bâtir de nouveaux édifices dont certains s’appuient directement sur la muraille. Vers l’an mil, les familles de chevaliers qui prêtent allégeance aux comtes de Périgord s’installent sur le pourtour de la Cité en construisant de puissants édifices directement sur le mur d’enceinte. Ces édifices, que les textes appellent « maisons fortes », « hôtels nobles » ou encore « châteaux », ont plusieurs buts : défensif, plus par la simple présence des chevaliers que par l’épaisseur des murs, et de représentation. L’idée est de montrer sa noblesse et son appartenance à la caste militaire par la construction d’un édifice à la fois beau et puissant, le château Barrière que l’on peut voir à droite de l’image d’entête en est un autre exemple. La période des XIe , XIIe et XIIIe siècles est très intéressante puisqu’elle est celle où la Ville du Puy-Saint-Front (Centre actuel de Périgueux) émerge, à cette époque, Périgueux est donc une ville double. La cité, de fondation antique, est occupée par une population de nobles et de clercs (hommes d’Église), tandis que le Puy-Saint-Front, fondé au Moyen Âge, est surtout composé de bourgeois. Cette différence à la fois dans la forme et le fond est à l’origine de nombreux conflits entre les deux villes et est étroitement liée à leurs évolutions respectives.  

L’église Saint-Etienne de la Cité ( à gauche) et L’Hotel d’Angoulême (à droite), en orange les arcatures aveugles que l’on retrouve sur les deux édifices.

Nous sommes donc maintenant au XIIe siècle, nous ne connaissons pas la date exacte mais il semblerait que deux frères de la famille d’Angoulême (Gérald et Guillaume d’Ecolesma (que l’on traduit par d’Angoulême) occupent la maison. Il est probable que cette famille soit à l’origine de la construction de la « Maison romane » (on appelle parfois l’hôtel d’Angoulême de cette façon, ou bien encore « Maison de Peyrouse »)  dès la fin du XIe siècle. Comme nous ne possédons pas encore de documents nous prouvant sa date de construction, c’est l’archéologie du bâti qui doit nous renseigner sur ses origines. Les premières conclusions tendent à faire penser que l’édifice dans son aspect actuel est majoritairement d’un style que l’on peut dater du début du XIIe siècle. Cette hypothèse repose surtout sur la comparaison avec l’église Saint-Étienne de la Cité (qui à cette époque est la cathédrale). Leur style est assez proche, notamment par l’utilisation d’arcatures aveugles comme on peut le voir sur la photo ci-dessus. 

Pendant les siècles qui suivent, les nombreux conflits qui frappent la région (conflits entre la Cité et le Puy-Saint-Front, guerre de Cent Ans, etc.) sont responsables de la dégradation de l’édifice et peut-être aussi de la disparition de la famille d’Angoulême. En conséquence, en 1474 un texte en latin nous indique que la maison est devenue la propriété de la famille de Peyrouse dont certains membres l’habitent ou la louent, ce texte parle notamment de la dégradation de la tour de l’édifice et de la location de l’ensemble à un moine nommé Farier. A partir de ce moment et par la suite jusqu’au XIXe siècle, l’édifice va être modifié, puis, en 1912 l’édifice est fortement restauré par Henri Rapine ce qui rend l’étude du bâtiment difficile puisque ce dernier a interprété à sa façon l’aspect du bâtiment au Moyen Âge et détruit une partie des éléments utiles à l’étude, mais ne nous méprenons pas ce travail de restauration est essentiel pour la préservation de notre patrimoine. Depuis sa restauration l’édifice sert de salle associative et il a notamment servi de salle de réunion à la Société Historique et Archéologique du Périgord  (S.H.A.P.) mais aussi de salle de culte à la communauté juive. Elle sert toujours actuellement et peut même être visitée. 

Le travail de restitution, ou comment voyager dans le temps

Le but d’une telle étude est assurément de faire avancer nos connaissances, cependant un tel travail ne saurait être exclusivement destiné à des professionnels. Lorsque l’étude est une réussite, les informations récoltées vont permettre de proposer des restitutions, c’est à dire de recréer les aspects possibles d’un édifice dans ses états les plus anciens. Ce procédé permet au plus grand nombre de s’essayer au voyage dans le temps et sert notamment d’inspiration pour la réalisation des films historiques qui sont généralement responsables de l’image que l’on se fait des périodes passées. Certains travaux de restitutions majeurs sont de puissants leviers touristiques essentiels à la vie et à l’économie de certaines villes. Pour en savoir plus sur l’archéologie du bâti et sur le travail de restitution en toute simplicité nous vous proposons de consulter le web documentaire réalisé grâce à l’université Toulouse Jean-Jaurès sur l’église Saint-Martin à Moissac. 

 

Auteur: Anthony RUIZ, étudiant en master de recherche en histoire et archéologie médiévale à l’université Toulouse Jean-Jaurès. Mémoire de recherche, « De la muraille tardo-antique à l’Hôtel d’Angoulême, étude archéologique du bâti dans la Cité à Périgueux » sous la direction de Bastien Lefebvre.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.