Peindre en 1200 : entre inspiration orientale et maîtrise locale

Eugène Delacroix, Prise de Constantinople par les Croisés, esquisse, 1840, Musée Condé. CC Wikimedia Commons.

Si vous aviez vécu au début du XIIIe siècle et que vous nourrissiez un vif intérêt pour la délectation artistique, il y a des chances pour que vos destinations de vacances aient été bien lointaines du milieu huppé parisien. Vous vous seriez plutôt rué à l’église normande du Petit Quevilly, ou à la chapelle de Lugaut, située au beau milieu d’une forêt de pins des Landes.

Hormis le fait que ni les vacances, ni la délectation d’œuvre d’art ne correspondent à de quelconques passe-temps médiévaux, il est certain que ces deux édifices si distants, ont reçu un décor peint à la pointe de la création artistique de l’époque. Fortement influencé par l’art byzantin, ces peintures se rattachent en effet à l’étonnant et raffiné « style 1200 ». Mais pourquoi cette allure byzantine dans les décors peints d’Occident et en des endroits si épars ?

Calculs d’itinéraires en cours

Un premier constat s’impose et met à mal nombre d’idées reçues : l’art occidental médiéval doit beaucoup aux arts orientaux. De fait, l’Empire byzantin demeure, aux yeux de tout le monde chrétien, le digne héritier de l’Antiquité et de sa culture, et par conséquent, il devient la référence absolue des arts et techniques. L’Occident, influencé par ce voisin attractif, se met à en imiter et réinterpréter les productions de verres peints, de mosaïques, et d’objets somptuaires…  Notamment, les lieux de culte vont parfois se parer de peintures empreintes de formules grecques, et sont alors dites de style « byzantinisant » ou « italo-byzantin ».

Christ, chap. des moines, Berzé, Bourgogne, fin XIe- XIIe. CC Wikimedia Commons

Au début du XIIe siècle, la patte orientale a déjà sillonné la Campanie du Mont-Cassin, la Bourgogne de Cluny, la Catalogne et les Pyrénées espagnoles, le Velay auvergnat ainsi que la vallée de la Loire. Notons que l’Empire ottonien et les pittoresques églises de bois de Scandinavie avaient aussi connu ces lointains apports. – Prolifique vous dites ? Et encore, loin donc de s’évanouir, vers 1200, le style italo-byzantin irradie à nouveau en Occident…

 

 

Etats-étapes

Le phénomène est-il uniquement déterminé par le leitmotiv plurimillénaire de l’amour à sens unique que les artistes occidentaux vouent à l’Orient ? A ce paramètre indéniable s’ajoutent les entreprises marchandes et guerrières qui opèrent le déplacement concret des hommes. Les marchands orientaux transitant vers Venise, ou les exactions pillardes des Croisés, irriguent l’Ouest de créations orientales prestigieuses.

Cependant, les Normands, conquérants de la Sicile, enclenchent véritablement un retour du style italo-byzantin en Occident. A Palerme au XIIe siècle, une symbiose admirable des arts arabes, byzantins et septentrionaux compose les  mosaïques et les compositions peintes des rois, et influence les productions du duché de Normandie. L’importante famille angevine des Plantagenets, étendant ensuite son pouvoir sur les territoires normands, sera rapidement fascinée par les tesselles et peintures dorées, dont les administrateurs rapportent le style dans les scriptoria anglaises alors en plein développement.

La venue du style 1200 

Bible de Winchester, enluminure, v. 1160-1175, Cath. de Winchester, CC Wikimedia Commons

Les enluminures du Psautier de d’Eadwine ou de la Bible de Winchester du milieu du XIIe siècle, laissent donc découvrir toute l’inspiration que les artistes anglais puisèrent de ces lointains modèles. Les ocres-verts qui modèlent finement les visages barbus hérités des rhéteurs antiques deviennent les marques d’un style très raffiné. Aussi, les figures s’agitent parmi des fleurs épanouies et complexes et parmi des drapés au plis dits “mouillés”.

Les draperies, somptueusement enroulées sur les corps, ont en effet l’air de sortir de l’eau. Mais il serait erreur de hiérarchiser ainsi les talents ! Les maîtres locaux ont su insufflé leur savoir-faire à ces modèles, en bleutant vigoureusement les fonds, peut être inspirés par le vitrail. Ils ont allongé les silhouettes et ajouté des thèmes de chevaleries alors inconnus au répertoire importé. Le style 1200 est ainsi né d’apports étrangers et de la réinterprétation locale. Au même moment, la joaillerie, le vitrail et la sculpture foisonnent. Les arts, notamment la peinture murale qui intègrent ces nouveautés stylistiques, atteignent un haut niveau de sophistication. L’ampleur du développement artistique déclenche alors “la Renaissance européenne de 1200”.

Alors Messire, où partons-nous ce week-end ?

Pas si perfide Albion, l’Angleterre a en effet diffusé ses créations vers les Flandres et le domaine français de Philippe Auguste. Mais parcourir les peintures murales de 1200, permet d’appréhender toute l’étendue de l’influence des Plantagenets, dont les territoires s’étendent des confins anglo-écossais, aux sources de la Loire et au Pays basque actuel et descend jusqu’aux Pyrénées.

Fuite en Egypte, Saint-Julien, Petit Quevilly, Normandie. CC Wikimedia Commons.

Ainsi, les peintures insulaires de Cantorbéry et de la crypte de Winchester rencontrent nombre de parentes continentales éloignées. Il est tout à fait normal de trouver en Normandie, sur les voûtes de la chapelle Saint-Julien du Petit-Quevilly, et à l’église du Vieux-Pouzauges en Vendée, des attitudes peintes similaires : Des fonds bleutés, des visages fins aux grands yeux noirs, et une lumière douce qui émane d’une palette claire et verdâtre.

On dirait le Sud…Ouest

Plus loin, en Aquitaine, les peintures de la collégiale de Saint-Émilion et de la chapelle de Lugaut à Retjons, auparavant citées, relèvent aussi du style 1200. Il suffit de contempler le hiératisme stupéfiant et tout byzantin de la Vierge de Saint-Émilion et les modelés des visages à la terre verte de Joseph à Lugaut pour s’en convaincre.

En revanche, comment expliquer de pareilles peintures dans le Midi ? A l’ancien logis abbatial de Moissac, les gloires du Christ, de la Vierge et de David, accueillies dans des arborescences grasses et sinueuses viennent même inscrire le décor dans une qualité supérieure d’exécution. De fait, les attaques menées en Quercy par Richard Cœur de Lion, ont pu dépêcher des artistes anglais à Moissac. Sous domination anglaise pour quelques années, Moissac a pu recevoir son décor peint, en signe d’attache à l’Angleterre !

De l’Espagne à l’invisible 

Cependant, avant de conquérir le Quercy, l’Angleterre avait mis sur pied une solide alliance militaire avec la couronne d’Aragon. La reine Sancha qui faisait réaliser au même moment, à la toute fin du XIIe siècle, le panthéon royal au monastère Santa-Maria de Sigena, a pu demander le service de coalisés et de maîtres anglais itinérants pour en réaliser le décor peint. Le style 1200 devait y atteindre une magnificence peu égalée, à en juger les portraits des aïeux du Christ, abrités sous la flore luxuriante.

Les peintures déposées de Sigena, fin XIIe s., CC Musée National des Arts Catalans, Barcelone.

-Devait ? En effet, le décor déposé de Sigena, malheureusement brûlé dans sa majorité en 1936 au cours de la guerre civile espagnole s’est irréversiblement décoloré sous l’effet de la chaleur. Ne subsiste aujourd’hui que le négatif déjà admirable de ce décor. Par chance à Artajona, Artaiz, et à Olite des peintures affiliées au courant byzantinisant de 1200 ont été mieux conservées.

En revanche, à Saint-Quiriace de Provins en région parisienne, les peintures ont totalement disparu, et ne sont connues que par des dessins du XIXe siècle. La genèse de l’ensemble est soumise à l’hypothèse, mais la finesse du visage des prophètes, dont les bustes rayonnent au cœur de médailles fleuries, ont tout du style 1200…

Un voyage est-il jamais accompli ?

Non envieuse de la rhétorique, la route du style 1200 semble se complexifier de bifurcations, qui remettent en cause l’itinéraire d’influences retracé ici. En s’aventurant à nouveau en Italie, le visiteur averti remarque des peintures empruntes de byzantinité suivant les critères du style 1200 mais dont la genèse et l’essence sont autres. En effet, en 1204, les Croisés revenus du pillage de Constantinople ramènent avec eux quantité d’œuvres. La peinture murale s’en trouvera plus riche d’un nouveau gène byzantinisant, mais différent de la souche Plantagenet, plus contrasté dans sa lumière et plus narratif.

En somme, un œil ouvert et alerte est l’atout le plus précieux pour desceller un caractère byzantinisant mais aussi le contexte exact auquel il se rattache, et au vu de l’immensité de l’espace concerné, ce caractère semble susceptible de surgir en tout lieu de la peinture murale. Restons prudents !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.