Milan : face je gagne, pile tu perds

La Biscione ou la Vouivre

Logo de la célèbre marque Alfa Romeo, la Vouivre est d’abord l’emblème de la dynastie des Visconti (1277-1447). Les Sforza la reprennent sur leurs armes lors de leur règne entre 1450 et 1499. Ce symbole représente un animal légendaire mi serpent, mi dragon, dévorant un homme ou un enfant selon les représentations. Il est l’image de la puissance, de l’éternité, mais aussi du mal. La Vouivre est à mon sens représentative des différentes politiques menées par les seigneurs de Milan. Ils n’ont cessé d’étendre leur puissance et d’accroître leur autorité, n’hésitant pas à se faire craindre de leur peuple et à défier les princes. 

La période que nous allons étudier est marquée par le règne de deux grandes familles seigneuriales : les Visconti et les Sforza, entrecoupée par une brève période où Milan est gouvernée par la République dite ambrosienne (1447-1450). Milan se trouve au cœur des enjeux politiques de la période, marquée par les nombreuses guerres, mais les dynasties ayant régné ont également amené la ville au sommet de sa richesse et de sa gloire.

Qu’est-ce qui fait de Milan une ville unique au XIVe et XVe siècle ? Comment les Visconti et les Sforza ont-ils affirmé leur autorité sur la ville ? Quels sont les enjeux auquel ils doivent faire face ? Voici tant de questions que nous allons nous poser et auxquelles nous tenterons de répondre, en observant la place que Milan occupe dans la péninsule italienne.

Milan face à l’Italie : les conflits au cœur de la péninsule

Les XIIIe et XIVe siècles sont marqués par les affrontements entre deux factions : les guelfes et les gibelins.  Tout commence par un conflit entre le pape et le Saint-Empire romain germanique à la suite de la Querelle des investitures. Les communes italiennes se trouvent mêlées au conflit, Milan ne déroge pas à la règle. La commune de Milan fait partie de la ligue des cités lombardes, et est d’abord partisane du pape, afin de lutter contre l’invasion du Saint-Empire. En réalité, les alliances ne cessent de changer et les camps se divisent entre grandes familles et cités rivales.

Entrée d’Otton Visconti à Milan, 1277.

L’alliance guelfe permet à Otton Visconti, archevêque de Milan, d’arriver au pouvoir en gagnant face aux della Torre lors de la bataille de Desio en 1277. Cela marque le début de la domination des Visconti sur la ville.

Matteo Visconti, petit neveu d’Otton, obtient le titre de seigneur de Milan en 1291. La lutte avec les della Torre n’est pas terminée et ces derniers reprennent brièvement le pouvoir sur la ville entre 1302 et 1309. Avec l’aide de l’empereur Henri VII, Matteo reprend le pouvoir et devient fidèle à l’empereur. Une ligue gibeline est même créée entre Milan, Crémone, Bergame, Lodi, et plusieurs autres cités.

Les conflits entre les différentes factions continuent tout au long de la période et les alliances ne cessent de changer. Les Visconti et les Sforza vont tenter de mettre fin aux querelles en créant un Etat régional.

En effet, l’arrivée au pouvoir des grandes familles seigneuriales coïncide avec de nouveaux projets politiques. Les princes qui se succèdent à Milan tentent d’affirmer et maintenir leur autorité. Cela passe entre autre par une grande politique expansionniste afin de créer un Etat lombard, avec Milan comme capitale.

C’est Matteo Visconti (1310-1322) qui lance le projet d’unification de la Lombardie. Les Visconti parviennent alors à conquérir la région et de nombreuses autres villes tout au long de leur règne. Ses successeurs suivent sa politique, c’est notamment le cas de Gian Galeazzo (1378-1402) qui parvient à menacer Florence avant que la ville n’échappe de peu à l’invasion milanaise. Mais la mort du duc met un terme à la conquête. Cette grande phase d’expansion prend fin à la mort de Giovanni Visconti en 1354. Le dernier Visconti, Filippo Maria (1412-1447), tente de reconstruire le duché après son déclin, par des accords et des conquêtes, mais il perd de nombreux territoire, notamment Venise et la Toscane.

Francesco Sforza et son épouse Bianca Maria Visconti

Après la période de la République ambrosienne, c’est Francesco Sforza (1450-1466) qui prend le duché par la force et reprend la politique menée par les Visconti. Il initie notamment la paix de Lodi en 1454 qui permet de fixer les frontières et marque une période d‘accalmie politique. Mais les conflits reprennent lorsque les différentes puissances européennes commencent à avoir des prétentions sur les villes italiennes. La situation se dégrade sous le règne de Ludovico il Moro (1480-1499). Les prétentions s’accroissent et cela déstabilise le fragile équilibre mis en place. Ludovico il Moro tombe en 1499, ce qui marque la fin de l’indépendance du duché milanais. Il passe entre les mains des Français, puis des Espagnols et des Autrichiens.

On peut alors observer que Milan joue un rôle central sur la scène diplomatique. Elle est au cœur des conflits et tente de s’imposer par la force et l’habileté politique. Le rôle du souverain et de ses conseillers est majeur et influe sur les différentes politiques mises en œuvre. Il convient donc d’étudier la façon dont les Visconti et les Sforza se sont démarqués des autres et se sont imposés sur Milan et son territoire.

Les Visconti et les Sforza : la figure du pouvoir à Milan (1310-1499)

Le but de mon mémoire est d’étudier la figure du pouvoir à Milan entre les XIVe et XVe siècles, c’est-à-dire présenter la façon dont les Visconti et les Sforza, successivement seigneurs de Milan, ont réussi à imposer et maintenir leur autorité sur la ville. Il s’agit donc de comprendre ce qui caractérise le pouvoir des princes milanais, de voir comment ils ont su s’imposer face à l’instabilité qui règne en Italie. Après une première réflexion sur la notion même du pouvoir, cela nous a amené à une question fondamentale pour tout nouveau pouvoir : comment faire accepter son autorité sur son territoire ?  Il faut prendre en compte de nombreux éléments afin de comprendre l’encrage des Visconti et Sforza sur la scène politique milanaise, mais aussi sur l’ensemble du territoire lombard.

Ils ont d’abord su s’imposer par la force. Les conflits qui animent l’Italie tout au long de la période ont permis à de grandes familles de développer leur puissance et leurs richesses. Le cas des Visconti est intéressant car il est marqué par la montée en puissance des archevêques sur la scène politique, permettant à de nouvelles familles seigneuriales d’étendre leurs richesses. C’est Otton Visconti, archevêque de Milan, en prenant la tête de l’armée qui luttait contre les della Torre, qui a permis une rapide ascension de la famille Visconti, ainsi que son arrivée au pouvoir en 1277 après leur victoire lors de la bataille de Desio. Francesco Sforza (1450-1466) a également imposé son règne par la force, en encerclant la ville, créant une famine à Milan, forçant les habitants à lui ouvrir leurs portes et accepter son autorité.

L’appui du peuple est nécessaire à tout pouvoir en place, que ce soit un président ou un monarque, élu par le peuple ou par la volonté divine, sans quoi le gouvernement ne peut être écouté et respecté. Dans le cadre de Milan, les princes qui gouvernent n’ont, au début de leur règne, pas été élus, et n’ont aucune légitimité sacrale. Il leur faut alors d’autres moyens pour que leur autorité soit respectée. Plusieurs facteurs ont permis aux Visconti et aux Sforza de légitimer leur pouvoir, que ce soit par la force ou par l’appui des classes dominantes.

Les deux puissances souveraines qui dominent l’Italie, à savoir le pape et l’empereur du Saint-Empire romain germanique, ont une place centrale dans les affaires de l’Italie et participent à la légitimité du prince. Alors qu’Otton Visconti a gouverné en accord avec l’Eglise pendant tout son règne, Matteo Visconti et ses héritiers sont excommuniés à partir de 1320 par le pape Jean XXII. Ce n’est qu’en 1341 que le pape Benoît XII lève tous les interdits et sentences d’excommunication en échange de la promesse d’obéissance et de la reconnaissance de l’autorité papale. L’empereur, lui, garde une autorité sur le territoire lombard par la paix signée à Constantin en 1187. Même si ses pouvoirs sont de plus en plus limités, son approbation compte car elle peut permettre au seigneur milanais d’obtenir un titre qui approuve son autorité. Le premier à obtenir un titre est Azzone Visconti (1328-1339) qui achète celui de vicaire impérial en 1329.

Gouverner un territoire demande également l’acceptation de la politique menée par ses habitants. Le prince doit d’abord être aimé, mais aussi craint par ses sujets, et cela s’exprime à travers de nombreux éléments autour de la personne même qui incarne le pouvoir. En tant que chef d’une « principauté nouvelle », le nouveau gouverneur doit installer la confiance et s’assurer de l’acceptation de son autorité s’il veut inscrire durablement son pouvoir et celui de sa famille. Cela passe donc par sa personnalité, mais aussi par l’image qu’il tente de produire de lui-même. On parle de personnalisation du pouvoir lorsqu’un seul individu incarne tout un gouvernement, sa personnalité est le cœur de la machine. On retrouve cela dans tous les régimes. Il s’agit de créer une image, des symboles, d’incarner une personne forte.

Représentation du dôme de Milan (1856), entreprit sous le règne de Gian Galeazzo Visconti (1385-1402).

L’ouvrage de Patrick Boucheron, Le pouvoir de bâtir. Urbanisme et politique édilitaire à Milan (XIVe -XVe siècles), (Rome, EFR, 1998) est une œuvre majeure qui étudie la ville et son pouvoir à travers les politiques urbaines menées par les Visconti et les Sforza. Ils tentent de créer un discours, de marquer leur emprunte sur la ville à travers la construction de grands édifices. Il s’agit là d’un des moyens de légitimation et de personnification du pouvoir.

La politique menée par les gouverneurs est par ailleurs un enjeu majeur dans la légitimité du prince. Celle des Visconti et des Sforza est marquée par un fort pouvoir personnel individualisé, le prince est au centre des décisions, ce qui lui permet de garder le contrôle sur son vaste territoire. Il s’immisce dans toutes les délibérations et choix politiques, par exemple la distribution des bénéfices, et crée une administration de plus en plus centralisée. La politique passe aussi par de nombreuses tentatives de réformes de l’administration qui fonctionne par le mélange entre l’ancien système communal et les innovations princières.

Voici quelques éléments clés de l’histoire de Milan que nous avons tenté d’introduire à travers les grandes figures qui ont gouverné la ville, et qui ont amené le duché à son sommet mais qui ont aussi entraîné son déclin par des ambitions parfois trop fortes.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.