Toulouse brûle t-il ?

Plaque commémorant la mort de Simon de Montfort sur les allée Jules Guesde

 

1966. Toulouse. À l’occasion d’une cérémonie réunissant des notables de la ville, le syndicat d’initiative dévoile une nouvelle plaque sur les allées Jules Guesde commémorant la mort de Simon de Montfort survenue à cet endroit en 1218. Alors à la tête de la croisade contre les cathares qui dévaste le Languedoc depuis 1209, il tente de soumettre la ville de Toulouse qui s’est révoltée contre lui. Comme Simon de Montfort, de nombreux barons originaires du Nord viennent combattre l’hérésie et accaparer les terres des seigneurs languedociens. Fer de lance de la résistance méridionale, le comte de Toulouse voit sa cité assiégée à trois reprises entre 1211 et 1219.

Revenons donc sur le déroulement de cette croisade. Comment la ville de Toulouse a-t-elle pu résister à trois sièges consécutifs ?

Il était une fois la croisade

Au milieu du XIIe siècle, une nouvelle foi chrétienne se développe dans le Midi, le catharisme (aussi nommé albigéisme). Jugée contraire aux principes de l’Église, cette croyance est déclarée hérétique.

À son avènement, le pape Innocent III est déterminé à lutter contre cette déviance. Il saisit le prétexte de l’assassinat du légat Pierre de Castelnau (15 janvier 1208), son représentant sur place, pour lancer un appel à la croisade contre les albigeois. Appeler à la guerre sainte contre des hérétiques, malgré tout chrétien, est inédit. En effet, depuis la fin du XIe siècle, les croisades désignaient des expéditions militaires organisées par l’Église pour délivrer la Terre sainte de l’occupation musulmane et non pour combattre des hérétiques.

Le Languedoc à la veille de la Croisade en 1209. Philippe Valentin, Œkoumène Cartographie tous droits réservés.

Raimond VI de Toulouse, soupçonné d’avoir commandité le meurtre du légat, est excommunié. Devant le danger, celui-ci se soumet aux volontés du pape et se rallie à la croisade. Les croisés se dirigent alors vers les terres de son neveu, Raimond-Roger Trencavel, un autre foyer de l’hérésie. En trois semaines, au terme d’une campagne fulgurante, Trencavel est vaincu après la mise à sac de Béziers (22 juillet 1209) et la reddition de Carcassonne (15 août 1209).

Une assemblée de chefs croisés déchoit Raimond-Roger Trencavel de ses titres et les offre à Simon de Montfort.

Le 1er siège de Toulouse (1211) : Simon s’en va-t’en guerre

Refusant de satisfaire aux exigences de plus en plus pressantes du Saint-Siège, Raimond VI est de nouveau excommunié (15 avril 1211) et les croisés se retournent contre lui.

Simon envahit le comté de Toulouse. Il prend Lavaur et Castelnaudary puis s’enfonce dans l’Albigeois. Prévenu de l’arrivée d’un fort contingent allemand mené par les comtes de Bar et de Châlons, il demande à ces deux seigneurs de le rejoindre à Montgiscard pour attaquer la ville de Toulouse.

Simon de Montfort en action lors de la bataille de Montaudran le 16 juin 1216.

Une fois regroupés, les croisés partent le 16 juin en direction de la cité toulousaine en longeant la rive droite de l’Hers. Raimond VI est averti du mouvement effectué par ses ennemies. Il prend la tête d’une troupe de chevaliers pour les empêcher de traverser la rivière. Ils démolissent le pont Montaudran que Simon avait prévu de franchir. Mais les deux armées finissent par s’affronter près du pont suivant, que les Toulousains tentaient également de détruire.

Les croisés sortent victorieux de l’affrontement. Ils s’installent le lendemain devant les remparts de Toulouse et l’attaquent dans la journée. Menée par les comtes de Bar et de Châlons, l’unique offensive de ce siège est repoussée sans ménagement. Par la suite, les rôles s’inversent. L’initiative des combats revient aux assiégés tandis que les assaillants sont constamment sur la défensive. L’une des sorties toulousaines se révèle décisive.

Le 27 juin, les Toulousains surprennent les croisés peu après le déjeuner, à l’heure de la sieste. Ils dévastent le campement, le mettent à sac et libèrent de nombreux prisonniers avant d’être finalement refoulés. Devant l’ampleur du désastre, Simon de Montfort ordonne la levée du siège.

Le 29 juin, après seulement 12 jours de combat, les croisés se replient.

Échec au roi

Ce succès ne fait que retarder la victoire de Simon de Montfort. Au cours des mois suivants, les Toulousains cumulent les défaites. L’alliance nouée entre Raimond VI et le roi Pierre II d’Aragon n’y change rien. Lors de la bataille de Muret (13 septembre 1213), la chevalerie française tue le roi d’Aragon et met en déroute la coalition.

Conscient d’être à la merci de son ennemi, Raimond VI se soumet.

La chute

Raimond VI est déchu et condamné à l’exil. Toutes ses terres sont attribuées à Simon de Montfort, à l’exception du marquisat de Provence, laissé à son fils Raimond VII.

Reconstitution du château Narbonnais vers 1200 à partir des relevés archéologiques. Studio différemment, tous droits réservés.

Simon, déclaré officiellement comte de Toulouse, vient prendre possession de la ville le 8 mars 1216. Il se méfie de ses habitants qui l’ont déjà tenu une fois en échec et prend des précautions. Il démantèle une partie des défenses et renforce le château Narbonnais.

Il doit rapidement rejoindre Beaucaire. La garnison est assiégée par Raimond VII, qui poursuit le combat depuis la Provence.

Les Toulousains profitent de son départ pour se révolter. Mais lorsque le chef des croisés revient, il exerce de terribles représailles : des centaines d’habitants sont arrêtés, leurs maisons sont pillées et une amende colossale est exigée.

Le Grand Siège de Toulouse (1217 – 1218) : Raimond contre-attaque

Le 13 septembre 1217, profitant d’une nouvelle absence de Simon, Raimond VI entre dans Toulouse sous les ovations de la foule. Il ordonne la remise en état des défenses et prépare la ville au siège qui l’attend.

Les premiers mots de Raimond VI lors de son entrée dans Toulouse le 13 septembre 1217.

Le chef des croisés arrive à son tour devant les murs de la cité toulousaine un mois plus tard. Les consignes du légat qui l’accompagne sont claires. Toulouse doit brûler : « aucun habitant ne doit avoir la vie sauve ! ». Simon tente de reconquérir la ville, mais ses tentatives se révèlent infructueuses.

Durant l’hiver, le conflit perd en intensité. Chaque camp appelle et attend des renforts. Avec le retour des beaux jours et l’arrivée de nouvelles troupes, l’affrontement entre les deux factions reprend de plus belle le 15 avril et atteint son point d’orgue à la fin du mois de juin.

La chatte se dirige vers la porte Montoulieu lors de l’assaut du 24 juin 1218.

Le dimanche 24 juin 1218, Simon lance à l’assaut une tour mobile et une « chatte », une galerie de bois sur roues à l’abri de laquelle on sapait les remparts. Rapidement alertés, les Toulousains réussissent à empêcher ces machines de s’approcher de la cité. Ils édifient pour cela un muret de fortune entre le fossé extérieur et l’enceinte principale et mettent hors d’usage la chatte.

Au soir de la bataille, malgré tous les efforts déployés par Simon de Montfort depuis plus de huit mois, la ville de Toulouse lui résiste toujours. Alors que la lassitude et le désespoir redoublent chez les croisés, les assiégés veulent croire que la victoire est proche. Réunis en conseil, Raimond VI et ses alliés se prononcent en faveur d’un assaut décisif le lendemain.

Le Jour le plus long

Le 25 juin 1218 à l’aube, les Méridionaux prennent le dessus sur leurs ennemis pendant que Simon de Montfort assiste à la messe. Ce dernier achève sa prière puis s’élance à la tête de ses chevaliers « Allons, et, s’il le faut, mourrons pour celui qui a daigné mourir pour nous ».

Son arrivée permet de repousser in extremis les troupes méridionales et de protéger les machines de siège. Mais ils ne s’avouent pas vaincus et retournent à l’assaut plus nombreux encore. Les croisés sont submergés par les projectiles lancés de toute part. La mêlée est furieuse, des remparts au camp, sur le pré Montoulieu comme sur la Garonne, partout on se bat !

La mort de Simon de Montfort le 25 juin 1218.

Au cœur de la bataille, Guy de Montfort reçoit une volée de flèches et tombe de cheval. Simon se précipite au secours de son frère, lorsqu’il est touché à son tour par une pierre lancée par une perrière toulousaine. Heurté à la tête, le chef des croisés s’écroule. Mort. Les Toulousains exultent. On sonne les cloches et les carillons dans toute la ville tandis que la désolation s’abat sur le camp français.

Le fils aîné de Simon, Amaury de Montfort lui succède et décide de poursuivre la lutte qui a coûté la vie à son père. Il lance un nouvel assaut le 1er juillet qui, comme tous les autres, échoue. Sur les conseils de son oncle, il se résout finalement à lever le siège le 25 juillet 1218.

Reconstitution d’une perrière. Compagnons de Peyras, tous droits réservés.

Le 3e siège de Toulouse (1219) : Invincible

Amaury ne s’avoue pas vaincu pour autant. Il demande le soutien du roi de France. Philippe Auguste accepte et lui envoie une armée commandée par son fils, le futur Louis VIII.

Le 17 juin 1219, les croisés sont de retour devant les murs de Toulouse. Les Toulousains résistent une fois de plus, malgré les forces considérables auxquelles ils sont confrontés. Incapable de prendre la ville au bout d’un mois et demi, le prince Louis retourne dans le nord avec son armée. Le siège est abandonné le 1er août 1219.

Mais ce n’est que partie remise, quelques années plus tard, Louis, devenu roi de France, reviendra dans le Languedoc pour une autre croisade… Mais ceci est une autre histoire !

Les dernières paroles de Louis VIII avant de quitter Toulouse le 1er août 1219.

De nombreux questionnements

L’apparente simplicité du récit qui vient de vous être exposé ne doit pas cacher les nombreux questionnements que ces événements soulèvent encore aujourd’hui chez l’historien. Il n’est pas question ici de tous les énumérer, mais le lecteur doit être conscient des multiples problématiques liées aux événements militaires tels que les sièges.

Comment la ville est-elle fortifiée ? Quels effectifs sont engagés ? Quelles stratégies adoptées ? Quelle est la localisation des assauts ? Comment expliquer l’issue du siège ? 

S’il est illusoire d’espérer répondre avec certitude à l’ensemble de ces questions, l’historien doit tendre vers un idéal : celui de la vérité historique.

Des sources narratives complexes

Les sièges de Toulouse sont bien connus des historiens. Et pour cause, on dispose de trois sources narratives différentes pour comprendre ces événements : la chanson de la croisade albigeoise de Guillaume de Tudèle et de son Continuateur anonyme, l’histoire albigeoise de Pierre de Vaux-de-Cernay et la chronique de Guillaume de Puylaurens. À ce titre, ils sont mentionnés dans de nombreux ouvrages qui traitent de la croisade contre les albigeois. Pourtant, ils n’ont jamais fait l’objet de recherches dédiées.

Les récits sont des sources complexes à étudier, car ils rapportent les événements qui se sont déroulés de manière subjective. Les auteurs passent sous silence certains faits pour en mettre d’autres en avant, et peuvent manipuler l’information. Le cœur du travail de l’historien commence alors ; ce dernier s’attachant à restituer les faits aux plus proches de la réalité.

De nouvelles perspectives de recherches

En haut, le nouveau palais de Justice de Toulouse. En bas, les vestiges archéologiques du château Narbonnais. Studio différemment, tous droits réservés.

Les fouilles archéologiques réalisées entre 1999 et 2006 à l’occasion de la restructuration et de l’agrandissement du Palais de Justice de Toulouse ont permis d’apporter des éléments nouveaux en mettant au jour les vestiges du château Narbonnais. La découverte de cet ouvrage fortifié permet de mieux comprendre l’organisation défensive de la ville.

Auparavant, on était incapable de connaître un certain nombre d’éléments, à commencer par l’emplacement du château Narbonnais. Les seules informations dont nous disposions provenaient des récits que nous avons cités plus haut et qui sont loin d’être exhaustifs.

La découverte archéologique, examinée au regard des sources écrites, nourrit l’analyse de l’historien de nouveaux apports.

Dans le bureau de l’historien

À partir de ses différentes sources, l’historien réalise un véritable travail d’enquêteur. Prenons l’exemple de la « bataille » de Montaudran lors du 1er siège de Toulouse (1211), les sources dont nous disposons proposent des versions différentes de l’affrontement :

–        Pour Pierre des Vaux-de-Cernay, les combats débutèrent avant que les croisés n’aient traversé la rivière.

–        Pour Guillaume de Tudèle, les combats débutèrent quelque part à l’ouest de l’Hers après que les croisés aient traversé à gué.

À partir de ces deux versions, nous pouvons faire les trois hypothèses suivantes :

–        Un affrontement au niveau de l’Hers

–        Un affrontement sur la plaine de Montaudran

–        Un affrontement au niveau de l’Hers puis un autre sur la plaine de Montaudran

La troisième hypothèse constitue un bon compromis. Mais la logique voudrait que l’affrontement ait eu lieu au niveau de l’Hers, car dans cette configuration, les Toulousains auraient profité d’un avantage tactique non négligeable. L’être humain n’adopte cependant pas toujours un comportement rationnel et rien ne permet d’en être sûr. L’archéologie ne nous est ici d’aucuns secours puisque nous ignorons l’emplacement de ces différents lieux.

Requiem pour des sièges

Bien que méconnus du grand public, les sièges de Toulouse constituent des événements charnières de la croisade contre les albigeois. La résistance opiniâtre de la ville permet successivement de retarder la montée en puissance de Simon de Montfort en 1211, de mettre un coup d’arrêt à son expansion dans le Midi en 1217 – 1218 et enfin d’amorcer la reconquête du Languedoc en 1219.

À terme, cette étude pourrait permettre de mieux comprendre le déroulement de la croisade contre les albigeois, de développer les connaissances historiques sur la poliorcétique (l’art d’assiéger les villes) médiévale et plus largement sur la guerre au moyen-âge.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.