Moissac : les maisons en bois livrent leurs secrets

Façades des n°6, 8 et 10 rue Derua (état ancien), Service de l’Inventaire du patrimoine Midi Pyrénées

Occupant une place importante dans les tissus urbains, les campagnes ou encore dans l’imaginaire commun lorsque l’on pense à la ville médiévale, les maisons à colombages, aussi appelées à pans de bois, sont très répandues en France. Connu depuis des décennies, le potentiel informatif de la ville de Moissac (Tarn-et-Garonne) à ce sujet n’avait jamais été pleinement exploité. C’est désormais chose faite par le biais d’études scientifiques qui sont menées sur ces constructions depuis l’été 2017.

La ville se situe dans une enclave géographique entre le lit du Tarn au Sud et les premiers coteaux du Bas-Quercy au Nord. Les sols sur lesquels s’implante Moissac sont très humides et composés de molasse. C’est pour cette raison qu’il n’y a pas de carrières de pierre à proximité de l’agglomération et que cette dernière est bâtie, en grande partie, en brique.

Les études historiques et archéologiques concernant l’agglomération moissagaise ont connues un renouvellement important depuis le milieu des années 2000. Jusque là, les recherches s’étaient en grande partie centrées sur le groupe abbatial ou encore sur l’histoire générale de Moissac, délaissant ainsi la partie laïque du bourg. Le renouveau de ces études sur l’agglomération s’est en grande partie fait à travers des travaux universitaires, que ce soit dans le domaine historique ou celui de l’archéologie. Ces travaux permettent donc de renouveler les connaissances tant sur la formation que sur le développement du tissu urbain de Moissac.

C’est donc dans le but de mieux comprendre les constructions à pans de bois présentes dans l’agglomération qu’une étude, sous la forme d’un mémoire de Master 1 recherches de l’Université Toulouse Jean Jaurès, a été lancée. Cette étude diachronique, puisqu’elle concerne toutes les structures à pans de bois de l’agglomération, a déjà débutée depuis plusieurs mois.

La méthodologie d’étude

Pans de bois du n°6 rue Falhière mis en avant par la caméra thermique, Photographie : Joris Moron

La première étape de cette étude a consisté en la réalisation de l’inventaire du bâti à pans de bois. Cette phase des travaux a été divisée en deux étapes. La première a été un repérage systématique de ce type de structures lorsqu’elles étaient apparentes sur rue ou bien sur cour. Cette méthode de relevé a permis de composer une bonne partie du corpus de l’étude.

La seconde phase a consisté en une prospection réalisée à l’aide d’une caméra thermique. Cette dernière permettant de révéler les présences de pans de bois lorsque ceux-ci étaient masqués par un enduit ou encore par un bardage. En effet, le bois ne capte pas la chaleur de la même manière que les matériaux qui le recouvre et c’est ce qui permet d’observer sa présence lorsque l’on possède le matériel adéquat.  Cette technologie permet alors d’observer la structure du pan de bois et ainsi de connaître les types de décharges. On ne peut cependant pas toujours mettre en avant un type d’assemblage en particulier ni même connaître la nature du hourdis, c’est-à-dire du remplissage du pan de bois.

Une fois le corpus composé et inventorié, il a fallu cartographier la localisation des structures à l’échelle de la ville. C’est par le biais d’un logiciel de SIG (Système d’Information Géographique) que cette étape a pu être réalisée. Cette partie du travail est déjà très importante puisque la cartographie permet d’observer la répartition de ce type de structure dans la ville. Elle avait été en partie réalisée lors d’une étude de pré-inventaire du patrimoine en 1985 mais il a fallu reprendre et réétudier les données au cours de cette année.

Répartition du pan de bois_Moissac

Les logiciels informatiques tiennent une place prépondérante dans le cadre de cette étude. Il y a tout d’abord la cartographie que nous avons vu précédemment mais également la modélisation 3D de certaines structures en utilisant la photogrammétrie. Cette dernière permet ainsi de pouvoir travailler sur les structures étudiées sans avoir besoin d’être sur le terrain. Il est également possible d’observer certains détails de construction que l’on ne peut pas voir depuis le niveau de rue lorsque l’on réalise les prises de vue photographiques.

Le pan de bois à Moissac

Maison à pans de bois au 26 rue Caillavet, Photographie : Joris Moron

L’état actuel des recherches permet de proposer les premières observations de ce travail. En l’état actuel, les recherches nous permettent de voir que l’on se trouve face à un total de 68 structures relevées qui se répartissent sur 52 édifices différents. Nous pouvons voir que aujourd’hui, ce type de construction se trouve conservé, en grande partie, le long de l’emplacement des anciens remparts de la vieille ville (trait noir et épais sur la carte). De plus, nous pouvons avoir une idée de l’apparence du tissu urbain d’il y a plusieurs dizaines d’années grâce à d’anciens documents tels que des photographies. Il est donc bien évident que l’architecture à pans de bois possédait un corpus bien plus important au cours des siècles précédents que ce que l’on peut en voir aujourd’hui. Les études du bâti, quant à elles, permettent de voir et de mieux comprendre la construction du pan de bois moissagais et ensuite de créer une typologie des structures propre à la ville.

Les observations du bâti ou celles faites sur plan(s) nous permettent d’apporter de nombreuses informations sur ces constructions. Tout d’abord, les édifices concernés se développent sur des parcelles dont la superficie est de 73 m² en moyenne, avec une faible largeur mais une profondeur assez importante. Ces types de construction se développent, dans la majeur partie des cas, sur trois niveaux d’élévation avec le plus souvent un modèle : rez-de-chaussée, 1er étage, 2e étage, ce qui correspond assez bien aux citations que l’on trouve dans les sources anciennes mentionnant des structures à pans de bois. Les exemples composant le corpus permettent de montrer que les constructions à pans de bois moissagaises suivent une des caractéristiques de ce type de construction dans le Sud-Ouest de la France. Il s’agit de la présence d’une galerie au dernier niveau de l’élévation. On peut également rencontrer ce type d’aménagement sous le nom de “soleilho”.

Galerie de la maison au n°43 rue Guileran, Photographie : Joris Moron

Dans la pensée commune, l’architecture à pans de bois est souvent liée à un encorbellement avec le premier étage qui forme une saillie sur la rue tout en étant lui-même débordé par le second. Dans le cas des constructions à pans de bois moissagaises, nous pouvons nous rendre compte que l’encorbellement n’est pas toujours conservé dans son intégralité. En effet, les restructurations et autres modifications du tissu urbain au cours du temps ont parfois impliquées la modification des façades afin de limiter leur débordement sur rue. Par ailleurs, nous pouvons nous rendre compte que les structures composant le corpus d’étude sont majoritairement conservées sur rue. Cela ne veut cependant pas dire que l’on ne trouvait pas de construction à pans de bois sur cours mais simplement qu’elles composent une part plus faible en raison du fait qu’elles sont plus difficilement observables.

Des fouilles archéologiques pour aider à comprendre ces constructions

Vue générale du site rue des Mazels, Photographie : Frédéric Sillonnet

Depuis quelques années maintenant, la ville de Moissac est sujette à plusieurs opérations de fouilles archéologiques. Alors que les recherches annuelle de la rue des Mazels se poursuivent, c’est un nouveau chantier dirigé par Bastien Lefebvre, de l’Université Toulouse Jean Jaurès, qui s’est ouvert. Cette opération divisée en deux phases (la première en septembre dernier tandis que la seconde vient de s’achever) vise à comprendre la construction et le fonctionnement de la maison à pans de bois située au n°21 rue Tourneuve, avec le mur de rempart de la ville. Le fait que la construction soit la possession de la mairie permet d’avoir accès à l’intérieur de la demeure et donc à la totalité des informations apportées par le bâti en plus de la façade sur rue.

Cette maison possède un rez-de-chaussée bâti en brique et la structure à pans de bois se développe sur les deux niveaux d’élévations. En ce qui concerne les intérieurs, on se rend compte que le pan de bois est utilisé dans la réalisation des murs mitoyens, entre les maisons, et pour les cloisons divisant les pièces. Les observations réalisées sur la construction permettent de mettre en avant une chronologie relative et ainsi de proposer des relations d’antériorité ou de postériorité entre les différents faits architecturaux. Ce type d’étude ne permet toutefois pas de donner une datation absolue de la construction de la maison. Cette précision est rendu possible en étudiant les différentes pièces qui composent la structure à pans de bois par le biais de la dendrochronologie.  Réalisée par le laboratoire Dendrotech basé à Rennes, elle consiste à dater des pièces de bois en comptant et en analysant les cernes de croissance de l’arbre. Précise et fiable, la date obtenue par comparaison sur des référentiels n’est cependant pas celle de la construction mais celle de l’abattage de l’arbre.

En ce qui concerne la maison étudiée, on peut montrer que la construction a été réalisée dans les toutes dernières années du XVe s. après deux phases de coupe distinctes : 1489/1490 et 1496. Le bois de la première phase de coupe aurait donc été stocké un peu moins de dix ans avant de servir à l’érection de la maison juste après la seconde phase d’abattage.

Rez-de-chaussée du n°21 rue Tourneuve (en cours de fouille, septembre 2017), Photographie : Joris Moron

Les dernières découvertes archéologiques faites au cours de la semaine du 26 février au 2 mars seront prochainement à l’étude et apporteront de nouvelles informations au sujet de cette maison, de son utilisation et des modifications qu’elle a subi au cours du temps. Peu de maisons à pans de bois ont subies une campagne d’étude aussi large et variée en France. C’est le croisement de ces différents “points de vue” scientifiques qui permet d’avoir, aujourd’hui, une telle connaissance sur cette maison de la fin du Moyen Age.

L’architecture à pans de bois moissagaise possède donc une richesse certaine trop longtemps restée dans l’ombre du groupe abbatial situé dans la vieille ville. Aujourd’hui, les différentes études nous permettent de mettre sur le devant de la scène ce potentiel informatif. Il est ainsi possible de contredire certaines pensées du XIXe s. qui voulaient que le seul point d’intérêt dans la ville, pour l’archéologue, soit l’abbaye et ses dépendances.


Si vous désirez en savoir plus sur l’architecture à pans de bois, le Service patrimoine de la ville de Moissac organise une visite guidée le samedi 5 mai à partir de 15h. Partant de devant le portail de l’abbatial, cette visite sera co-animée par Loïc Lepreux (animateur au Service patrimoine) et moi même. De plus amples informations sont disponibles en suivant le lien ci-dessous.

https://issuu.com/mairiedemoissac/docs/rendez-vous-patrimoine-abbaye-janvi



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.