Les trésors d’églises, le bling-bling médiéval

Reliquaire dit de la Sainte-Épine, Trésor de l’abbaye de Grandselve (82). Photo Jean-François Peiré – Drac Occitanie.

La place qu’occupe l’Église dans la société médiévale légitime son enrichissement considérable due aux dons des fidèles, grands seigneurs comme modestes pèlerins. Les trésors des églises participent à la richesse matérielle, mais aussi spirituelle, d’une communauté. La notion de « trésors d’églises » se décline au pluriel afin de marquer la diversité de ses composantes (reliquaires, ciboires, calices, encensoirs, etc.). Les trésors sont souvent des objets d’orfèvrerie, en vermeil, en argent ou encore en or, parfois rehaussés de gemmes et d’émaux. Leur but premier est de servir au culte, cependant,  plus ils sont fastueux plus ils appuient au prestige de la communauté.

Le trésor de l’abbaye de Grandselve est un exemple de l’orfèvrerie toulousaine de la fin du Moyen Âge. Le trésor médiéval aujourd’hui conservé, se compose d’un ensemble de quatre châsses (cf. bannière de l’article, châsse dite de la Vierge, Trésor de l’abbaye de Grandselve (82). Jean-François Peiré – Drac Occitanie.) et de trois reliquaires. Mes recherches portent plus particulièrement sur les trois reliquaires, car les châsses ont été le sujet d’une thèse soutenue en 2007. Il est fort probable que le trésor de l’abbaye durant le Moyen Âge ait été encore plus richement doté, mais faute de sources, on ne peut tirer un inventaire du trésor que pour l’époque moderne.

Le trésor de l’abbaye de Grandselve : Un trésor digne des plus grands

Grandselve est à l’origine un petit ermitage fondé par Géraud de Salles vers 1114 dans la Grandis Sylva, signifiant la grande forêt, qui donne son nom à la communauté. Il semblerait que l’ermitage soit devenu en 1117 une abbaye, car une charte de l’évêque Amelius de Toulouse autorise dès lors la communauté à bâtir une église sous le vocable de la sainte Vierge et de sainte Marie-Madeleine. En 1145, le second abbé de Grandselve, Bertrand Ier (1128-1149), se rend en personne à Clairvaux afin de faire don de son abbaye. Comme toutes les abbayes cisterciennes, l’abbaye de Grandselve devient très prospère via le travail de la terre par les frères convers. Son succès oblige la communauté à reconstruire une nouvelle abbatiale, d’une centaine de mètres de long, afin d’accueillir les quelques huit cents moines que l’abbaye aurait abrités au XIIIe siècle. Puis, la guerre de Cent Ans fut une période difficile pour Grandselve. L’abbaye se relève durant le XVe siècle mais en 1476 elle tombe sous le joug de la commende. Grandselve est désormais l’apanage des grandes familles proches du roi et ses revenus reviennent pour moitié au seul abbé. Le nombre de moines ne fait que décroître jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, pour atteindre une vingtaine en 1790. L’année suivante, l’abbaye de Grandselve est vendue comme bien national, et détruite à partir de 1793.

Comme dit précédemment, le trésor médiéval de l’abbaye de Grandselve était au moins composé de quatre châsses et de trois reliquaires Les trois reliquaires, un dit de la Sainte-Épine, un second dit de la Vraie Croix et un dernier dit Discoïdal, seraient datés du XIIIe siècle, la consécration d’un autel dédié au Saint-Sauveur, à la Sainte-Croix et à la Sainte-Couronne d’épines le 1er juillet 1283 pourrait justifier cette datation. Les reliquaires sont composés d’une âme de bois recouverte de plaques de cuivre doré, de vermeil, et d’argent. Ils comportent tous les trois une plaque au revers, dont l’inscription en lettres onciales fait office d’authentique des reliques.

Le trésor quitte l’abbaye en 1562 afin d’échapper à la fureur des huguenots, et est abrité par le Collège Saint-Bernard de Toulouse, fondé par Grandselve, durant un siècle. Le reliquaire de la Sainte-Épine, ainsi que les quatre châsses, sont mis sous scellés lors des inventaires de 1790 et placés dans l’église paroissiale de Bouillac l’année d’après. Puis, ils sont cachés par des habitants du village jusqu’au Concordat de 1802 afin de leur éviter un destin tragique.

Détail du dos du reliquaire dit de la Sainte-Épine, Trésor de l’abbaye de Grandselve (82). Photo Jean-François Peiré – Drac Occitanie.

Quant aux reliquaires de la Vraie Croix et Discoïdal, ils sont emmenés par des moines, probablement avant 1790 car ils ne figurent pas dans l’inventaire. Ils se retrouvent à Ardus, et le reliquaire de la Vraie Croix est donné à cette église en 1825. Le reliquaire Discoïdal le rejoint en 1895. Il faut attendre l’exposition « Trésors d’art sacré de Haute-Guyenne » organisée en 1956 par le musée Ingres de Montauban pour que le trésor de Grandselve devienne une réalité et que les reliquaires et les châsses soient rapprochés. Les reliquaires subissent d’ailleurs une restauration dans le cadre de l’exposition. En 1965, le reliquaire de la Sainte-Épine, ainsi que les quatre châsses, participent à l’exposition « Les Trésors des églises de France » organisée par le musée des arts décoratifs de Paris. Les deux autres reliquaires ne rejoignent le reste du trésor à Bouillac seulement dans les années 1970.

Cîteaux : un ordre de pauvreté en théorie

Bernard de Clairvaux donne une nouvelle impulsion à l’ordre dans une volonté de retour à la simplicité de la règle de saint Benoît, strictement observée. Saint Bernard s’oppose à Cluny. Il rejette la façon de faire de l’ordre en termes de liturgie et d’art, et il dénonce la richesse des abbayes clunisiennes, le très grand nombre de messes et processions tout au long de la journée, ainsi que l’ornementation fastueuse des objets liturgiques et des églises. C’est aussi pour cela que Cîteaux prône une liturgie simple, dénuée de grandes pompes et de processions intempestives, et des objets liturgiques sobres, afin de revenir à la pureté de la règle et de remettre en avant un vœu que tous les moines font, celui de pauvreté.

Reliquaire dit de la Vraie Croix, Trésor de l’abbaye de Grandselve (82). Photo Jean-François Peiré – Drac Occitanie.

Cependant, dès la mort de saint Bernard en 1153, l’idéal de pauvreté des cisterciens se perd. Les abbayes cisterciennes sont des abbayes qui s’enrichissent vite grâce à la culture des sols, la richesse de l’abbaye de Grandselve en est un exemple, que le faste des reliquaires reflète. Le nombre de processions, réduit au XIe siècle, ne fait qu’accroître dès la mort de Bernard de Clairvaux. Les reliquaires faits pour être portés en procession, ce qui est le cas des reliquaires de Grandselve car ils sont montés sur une hampe, retrouvent alors leur usage premier.

 

 

Les reliques de Grandselve

Il subsiste deux procès-verbaux d’ouverture des reliquaires. Un datant de 1865 qui fait l’inventaire des reliques contenues dans le reliquaire de la Sainte-Épine et des châsses, un second de 1895 qui inventorie les reliques renfermées par les reliquaires de la Vraie Croix et Discoïdal. Les procès-verbaux permettent de faire une comparaison entre les saints mentionnés dans l’inscription et les reliques contenues dans le reliquaire. Certaines reliques se sont perdues, d’autres ne sont pas identifiables car le morceau de parchemin associé au paquet reliquaire est illisible ou absent.

Le reliquaire de la Sainte-Épine contient trente-neuf reliques, mais il devait en contenir beaucoup plus car il est mentionné dans le procès-verbal que les reliques qui n’ont pu être identifiées ont été déplacées dans la châsse dite de la Vierge, mais leur nombre n’est pas précisé. Le reliquaire Discoïdal comporte le plus de lacunes entre les reliques inscrites au dos et les paquets présents. De plus, il semblerait qu’il ait subi une mauvaise conservation car cinq étiquettes ont disparu, trois sont illisibles, et le reliquaire a vraisemblablement été ouvert puis refermé de manière peu adroite car le bord comporte de nombreuses marques. Quant au reliquaire de la Vraie Croix, il est le plus complet, car seulement une des reliques mentionnées ne figure plus dans le reliquaire. De plus, il faut noter que chacun des reliquaires contient des reliques qui ne sont pas mentionnées, en effet les plaques mentionnent probablement les saints les plus importants, faute de place, ou alors les ajouts de reliques se sont faits à travers les siècles d’existence du trésor.

Détail du reliquaire dit de la Sainte-Épine, Trésor de l’abbaye de Grandselve (82). Photo Jean-François Peiré – Drac Occitanie.

Des saints semblent plus importants car deux reliquaires, voire mêmes les trois, contiennent des fragments de leurs reliques. Puis, d’autres reliques sont plus considérables car elles sont associées à des personnages bibliques des plus importants. Les reliques christiques restent les plus prestigieuses. Grandselve a acquis un fragment de la Vraie Croix, peut-être par le don de Guillaume VI de Montpellier, mort en 1162 ou 1163 en tant que moine de Grandselve, qu’il aurait ramenée de Terre sainte. Quant au fragment de la Sainte-Couronne, il aurait été offert par Alphonse de Poitiers, de retour de croisade après 1251.

La Vierge et sainte Marie-Madeleine sont aussi des personnages privilégiés, dont l’église de Grandselve tient son vocable. La Vierge Marie occupe une place importante dans la liturgie cistercienne. Les écrits de saint Bernard développent le fait que la Vierge serait elle aussi née d’une immaculée conception, renforçant ainsi sa sainteté. Quant à Marie-Madeleine, elle symbolise la pénitence par le retrait du monde, et Grandselve est à l’origine un ermitage.

Recherches à venir sur l’orfèvrerie toulousaine à la fin du Moyen Âge

Un des problèmes rencontrés dans mes recherches est le manque d’étude sur l’orfèvrerie toulousaine. Il est donc encore impossible pour moi de replacer les reliquaires de Grandselve dans un contexte artistique régional, alors que c’est une des étapes de l’analyse en histoire de l’art. L’”école” d’orfèvrerie de Toulouse, plus discrète que celle de Limoges ou encore de Paris, mais non moins productive, n’a pas été beaucoup étudiée. Les érudits locaux qui ont travaillé sur le trésor de Grandselve s’accordent tous pour dire que les reliquaires sont de production toulousaine et qu’ils en seraient représentatifs mais ils ne s’appuient sur aucun exemple pour avancer de tels propos.

Détail du reliquaire dit de la Vraie Croix, Trésor de l’abbaye de Grandselve (82). Photo Jean-François Peiré – Drac Occitanie.

Il semblerait que l’orfèvrerie de Toulouse ait préféré l’argent à l’or. De plus, plusieurs influences se rencontrent dans les reliquaires de Grandselve. Les filigranes “byzantinisent” le style du reliquaire de la Sainte-Épine, dont les représentations des saints sur les miniatures ne sont pas classiques non plus. Le remploi d’intailles pour le reliquaire de la Vraie Croix puise dans l’héritage antique. Mais c’est une partie qui reste encore à développer et sur laquelle je vais devoir me pencher plus particulièrement.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.