Les frères de l’Hôpital : des seigneurs comme les autres ?

Un hospitalier (gauche) et un templier (droite) demandent à Renart de choisir un ordre. Bnf, français 372, f.59r.

L’ordre de l’Hôpital de Saint-Jean de Jérusalem, fondé en Palestine dans les années 1080, s’installe dans le Sud-Ouest de la France dès le début du XIIe siècle. Bien que les hospitaliers n’aient pas fait l’objet d’aussi grands fantasmes que leurs homologues templiers, ils eurent une puissance tout aussi importante. Dans la région qui m’intéresse, une zone comprise entre Toulouse et Saint-Gaudens semble concentrer un nombre plus élevé qu’ailleurs de domaines contrôlés par ces hospitaliers.

L’Hôpital en Europe : ce qu’il faut retenir.

Si l’ordre des hospitaliers est connu comme un protecteur des pèlerins chrétiens en Terre-Sainte, son implantation dans les campagnes européennes reste un versant bien moins connu.

Petites précisions concernant les frères.

Avec les templiers, les hospitaliers font partie des rares ordres à associer une fonction religieuse et une fonction militaire. Attention cependant à ne pas faire rimer ordre religieux et moines. Il n’y a pas de moines chez les hospitaliers, ce sont des frères. Tous ont choisi de suivre une règle, de vivre en communauté. Tous ont fait vœux de pauvreté et de chasteté. Pourtant peu d’entre eux sont des religieux tel qu’on l’entend.

Il y a bien des clercs, qui encadrent la vie spirituelle de la communauté, célèbrent la messe et les offices mais la majorité des frères sont laïcs, c’est à dire qu’ils n’ont pas reçu de formation spécifique et ne portent par la tonsure. Le statut intermédiaire des frères, membres de l’aristocratie pour la grande majorité, leur permet alors continuer à porter les armes et à utiliser la violence, si elle est nécessaire à défendre la foi chrétienne.

Les activités de l’ordre hospitalier en Occident.
Le Krak des Chevaliers, exemple de forteresse tenue par les hospitaliers en Syrie. Créative Commons, Wikipedia.

Défendre cette foi demande des finances solides et comme dans beaucoup de guerres, l’arrière subvient aux besoins du front. Les hospitaliers appliquent ce système dès le début. Leur front étant celui des différentes croisades et leur arrière celui de leurs différentes possessions d’Occident. Voici donc ce que fait l’Hôpital dans le Sud-Ouest de la France, comme dans les autres territoires d’Europe : il fait fructifier les biens que la noblesse locale lui donne et finance alors lui-même sa lutte en Orient.

Parmi les dons les plus importants, les hospitaliers reçoivent parfois des terres avec la condition d’y fonder un village ou de reprendre la direction d’un village déjà existant. Un village dont ils deviennent seigneurs, c’est-à-dire qu’ils rendent la justice et lèvent les impôts. C’est ce cas particulier qui m’intéresse dans ce mémoire de recherche. Je me concentre sur l’étude de deux domaines hospitaliers commingeois : Saint-Clar-de-Rivière et Poucharramet.

La première question qui se pose est de savoir s’il y a des caractéristiques propres à la gestion des frères de l’Hôpital sur leurs domaines. L’histoire des hospitaliers en position de seigneurs est encore mal connue, voire inconnue dans le Sud-Toulousain. L’intérêt premier de cette étude est donc de présenter un exemple concret de gestion territoriale des hospitaliers dans la région.

Que découvre-t-on en étudiant les domaines des hospitaliers ?

Pour faire l’histoire des hospitaliers dans le Sud-Ouest de la France il existe un nombre très important de documents. Pourtant, malgré le côté exceptionnel de ces sources, elles restent encore peu étudiées.

 Les relations entre Hôpital et aristocratie locale.

La région qui correspond à la moitié Sud de l’actuel département de la Haute-Garonne polarise des possessions hospitalières assez nombreuses par rapport aux régions voisines. Cette zone faisait partie du comté de Comminges et a vu s’accroître rapidement les possessions de l’Hôpital. Or, comme cet ordre est dépendant des dons qui lui sont faits pour acquérir du territoire, on peut dire que son implantation dans la région est d’abord liée à la volonté des donateurs.

Pour aller encore plus loin dans cette idée, on peut même se demander s’il n’y a pas eu une véritable stratégie de la noblesse commingeoise et de la famille comtale elle-même, destinée à favoriser les installations hospitalières. En effet deux périodes d’expansion se démarquent : le début du XIIe siècle où de nombreux domaines sont donnés par la petite et moyenne noblesse et le milieu du XIIIe siècle où le comte de Comminges et ses vassaux proches offrent des terres et des avantages importants à ces mêmes domaines. L’hypothèse de cette politique reste à confirmer par l’étude du réseau de familiers qui gravitent autour des domaines hospitaliers.

La redécouverte d’un cadre de vie.
Une charte de l’Hôpital sur parchemin, 1248, AD31. Tous droits réservés, Gabriel Vialatte.

Comment la population vivait sous l’autorité de ces seigneurs hospitaliers ? Grâce aux différents documents conservés on peut déjà entrevoir quels droits et interdits encadraient les habitants des domaines de l’Hôpital. Parmi les textes les plus riches en renseignements, il y a les chartes de coutumes. Ce sont en quelque sorte, des règlements intérieurs propres à chaque village, réglementant aussi bien la vente du poisson que les peines encourues en cas de meurtre ou de viol.

Les informations sur la vie locale se glanent aussi dans des textes qui n’avaient pas l’intention d’en parler. Les noms de lieux en particulier sont importants à relever. Lorsqu’ils ont subsisté on peut alors avoir une vision du terroir villageois, savoir où se trouvaient les moulins, les habitations ou même le château s’il y en avait un. A Saint-Clar de Rivière les chartes ont permis de retrouver le site du château grâce aux détails de la localisation et le terme de Castéras (du gascon « château ») qui est aujourd’hui encore le nom du bois où des fossés subsistent.

Tous ces détails viennent enrichir notre connaissance sur les villages hospitaliers du Comminges et permettent de travailler en comparaison avec d’autres villages non-hospitaliers déjà étudiés.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.