Des gardes d’épées sur les lances médiévales ?!

Cc Pixabay, Christa Mahler

Lorsque l’on s’intéresse à l’armement, on se rend très vite compte qu’il existe des dizaines de types et de formes pour chaque arme. La lance n’est pas en reste et apparaît, au cours du VIIe s., la lance à ailettes. Ce modèle n’a jamais fait l’objet d’études précises sur la fonction des petites ailettes, d’où l’intérêt de ce sujet.

Qu’est-ce qu’une lance ?

La lance est une arme blanche, au même titre que le couteau ou l’épée, que l’on classe dans la famille des armes d’hast, groupe caractérisé par des armes à long manche (hampe) dont la pointe est renforcée par une partie métallique qui peut être en bronze ou en fer. Dans le cadre d’une lance, on appelle ça naturellement un fer de lance. Cette partie constitue le principal, et dans la majorité des cas, l’unique support pour l’étude pour des raisons de conservations, la partie en bois étant périssable.

L. Bonnamour, »Du silex à la poudre », obj n°205, fig. 135, 1991
Retravaillé par N. Thévenot

Le fer de lance est composé de deux parties distinctes. La flamme, qui constitue la partie la plus solide car soumise aux chocs ; il s’agit donc de la lame à proprement parler. Vient ensuite la douille qui est une partie fragile, en forme de cylindre creux, permettant l’emmanchement du fer de lance sur la hampe, avec un rivet pour fixer le tout. Sur un nombre non négligeable de lances retrouvées, il existe ce qui a été appelé « ailettes ». Ces petits ajouts, toujours au nombre de deux et placés symétriquement sur la douille, catalysent les questions de métallurgie, de techniques et d’usage portés par mon étude : comment sont-ils forgés et ajoutés aux fers de lance ? Quel est l’intérêt de ces petites ailettes ? Ont-elles vocation à être résistantes ou au contraire souples ? Sont-elles toutes semblables, ou existe-t-il des types différents d’ailettes ?

Les principales hypothèses d’utilisation

Voici une liste des principales hypothèses pouvant expliquer la présence d’ailettes sur les fers carolingiens :

  • Butoir : à l’instar des épieux de chasse (utilisés dans la chasse au sanglier), les ailettes rajoutées permettraient un retrait facile après avoir donné un coup car elles empêcheraient la lance de pénétrer trop profondément dans la cible. Cette hypothèse, largement admise, peut paraître saugrenue sur certaines armes dotées de butées et dont la lame dépasse les 50 cm. Quel serait l’intérêt d’empêcher cette arme de transpercer trop profondément alors qu’elle a déjà traversé de part en part sa cible ?
  • Renforcement de douille : cette explication s’appuie sur le fait que les ailettes sont systématiquement placées au-dessus des trous de rivets. De ce fait, elles pourraient faire office de renforts métalliques au niveau d’une faiblesse de la douille.
  • Emmanchement : pour faire tenir solidement la douille sur la hampe, il faut emmancher le fer de lance sur le manche. Même si un rivet peut empêcher des accidents, un emmanchement efficace est la base d’une lance solide. C’est en effet l’un des points les plus sensible de l’arme. Les ailettes, plates sur le dessus et non-tranchantes pourraient permettre de prendre appui avec ses mains et de tirer le fer, avec le poids de son corps, pour enfoncer correctement la hampe dans la douille.
  • Protéger et attaquer : les ailettes, parfois par leur forme et dimensions, ont une largeur qui pourrait être semblable aux gardes d’épées. Il est possible que les ailettes protègent à la fois le manieur de la lance et la hampe, en empêchant l’adversaire de longer la lance pour approcher le lancier ou pire, de briser le bois de l’arme.
  • Décoratif : Les premières lances à ailettes sont des armes de chasses (épieu de chasse). Cette activité fut très importante dans les civilisations anciennes, permettant d’affirmer son rang social et son courage. Les lances à ailettes en fer auraient alors une fonction symbolique, permettant à son propriétaire de montrer aux autres usagers de la guerre son rang et de s’inscrire dans une continuité des traditions. Certaines armes ont pour unique vocation de démontrer la richesse de son propriétaire grâce à la finesse du travail exécuté par l’artisan: ce sont des armes d’apparat.

    Lance d’apparat de Cutry, fin IV° siècle.
    CC wikimedia

Ce sont les cinq principales hypothèses pour la fonction de ces ailettes, mais on peut rajouter certaines idées comme la fonction de porte-étendard et porte-bagage.

Toutes ces questions sont simplement soulevées par la présentation du sujet, et nous verrons par la suite qu’il existe d’autant plus d’approches différentes pour tenter d’y apporter des réponses.

Comment fabriquer une lance ?

Cette première interrogation peut paraître inutile pour démontrer le ou les usages des lances à ailettes sur le champ de bataille, mais des études approfondies sur les techniques de forges, sur le matériau utilisé et la mise en relation des différentes parties du fer de lance peut donner des indices quant à la volonté de l’artisan de créer un objet dur, résistant, flexible ou purement décoratif.

Ces études, (appelées archéométallurgie ou paléométallurgie) demandant de grandes compétences scientifiques, sont exclusivement réalisables en laboratoire mais peuvent permettre de connaître précisément la structure d’un objet et donc tirer des conclusions sur sa vocation.

Pour illustrer mon propos on peut prendre comme exemple les carrosseries actuelles de nos voitures, conçues pour protéger le conducteur et tous les passagers en plus d’avoir un intérêt de support pour d’autres accessoires (rétroviseurs extérieurs). Si dans les générations futures, un archéologue trouve des morceaux de carrosseries, il pourra étudier les caractéristiques du métal utilisé, et se rendre compte qu’il est très flexible et facilement déformable. Il a donc des qualités d’absorption de choc très intéressantes, permettant d’avancer l’hypothèse que les carrosseries pouvaient, entre autres, servir à protéger des chocs les occupants.

Le principe est le même pour les fers de lances. Si après étude on se rend compte que les ailettes sont très dures et solidement accrochées à la douille, elles pourraient avoir été destinées à l’escrime et servir durant les passes d’armes à blesser ou protéger la hampe de la lance, de la même façon qu’une garde d’épée. En revanche, si ces ailettes sont flexibles et déformables, elles pourraient servir à absorber les chocs et de ce fait, renforcer la douille qui est un point très fragile de l’armature de l’arme, d’autant plus que la présence de trous de rivets pour maintenir le fer sur la hampe fragilise le fer de lance.

Qu’en disent les sources médiévales ?

Pour tenter de connaître comment on utilisait une lance à ailette au Moyen Âge, on peut tenter de s’approcher des sources créées directement par les contemporains de cette époque. Nous avons donc des illustrations et quelques rares écrits qui témoignent de ces armes. En effet, en pleine effervescence religieuse au VIII°-IX° siècle, les moines écrivent et illustrent des psautiers (livres contenants et illustrant des psaumes) mais aussi à recopier d’anciens écrits.

Campagne de Joab, illustrée par des cavaliers francs
Stiftsbibliothek, Cod. Sang. 22, p. 140 – Psautier doré (Psalterium aureum) de Saint-Gall

C’est ainsi que l’image ci-contre, issue du psautier d’or de Saint-Gall, illustre la campagne de Joab. Les soldats de l’expédition possèdent les attributs parfaits des soldats carolingiens.

On peut tenter d’analyser la manière et le contexte dans laquelle les lances sont utilisées, ce qui peut, à défaut de nous donner une réponse définitive, nous aiguiller sur différentes hypothèses.

Il y aussi des écrits médiévaux, mais qui sont malheureusement trop tardifs et correspondant à une période où l’utilisation de la lance change complètement. On peut lire la « Chanson de la croisade des Albigeois », texte écrit relativement peu de temps après l’événement qui voit s’opposer des armées de croisés catholiques face à l’hérésie cathare. C’est donc au début du XIIIe que se situe ce conflit tandis que la période d’étude des lances à ailettes s’arrête au plus tard avec le début de la première croisade, en 1099. Ces écrits sur la croisade aident assez peu pour connaître l’utilisation de la lance en général, même si c’est l’arme la plus mentionnée dans le texte.

Il existe des écrits venant de la Scandinavie datant eux aussi du XIIIe, mais évoquant des événements de la période « viking » (IXe-XIe siècle). Ces derniers posent des problèmes de fiabilité, de précisions dans les faits décrits et dans l’utilisation des armes existantes aux époques décrites, mais aussi des soucis de traductions. Même si le vieux norrois (langue des vikings) est globalement très bien connu, il reste des zones d’ombres. C’est notamment le cas pour certaines armes d’hast qui ne sont pas précisément décrites et dont le nom aide très peu pour définir leur forme. Si le mot « lance » est connu en vieux norrois, celui de « lance à ailettes » est difficilement repérable.

On ne peut prendre appui sur les écrits qui sont trop peu précis ou trop tardifs pour la période et ce constat est le même pour l’iconographie. L’étude du mobilier avec des techniques scientifiques demandent une organisation qui est compliquée à mettre en place et qui demande beaucoup de temps et de ressources.

Le mystère autour de ces lances reste entier, mais il existe peut-être une solution, et nous devons nous tourner vers des gens qui font vivre le Moyen Âge : la reconstitution historique et l’archéologie expérimentale.

Vers un protocole expérimental

Qu’est-ce qu’un protocole expérimental et en quoi est-il nécessaire ?

Forgeron au château de Guédelon, un chantier expérimental de grande échelle.
Cc wikipedia

L’expérimentation en histoire et en archéologie est une discipline qui nécessite une grande rigueur pour ne pas fausser les données recueillies. En effet, lorsqu’un archéologue effectue des fouilles sur un site de n’importe quelle époque, il recueille des données « brutes » (des ossements, des traces de fondations de murs, des objets, etc.) qu’il va ensuite étudier pour en tirer le plus d’informations. En expérimentation le principe est le même car il consiste à recueillir des données brutes à partir d’un matériel. Cependant, ce matériel est créé par le chercheur lui-même. De ce fait, si lors de la rédaction ou de l’exécution de la procédure, une erreur est faîte, les données recueillies vont l’être encore plus : c’est ce que l’on appelle des biais.

Il est donc nécessaire d’avoir un protocole qui évite le plus possible les fausses interprétations, les jugements hâtifs, les manœuvres aléatoires et surtout, que le tout soit réalisé par un expert en la matière. On ne s’improvise pas forgeron, même s’il l’on a un protocole parfait.

Au préalable, il faudra donc réaliser des lances qui sont représentatives du phénomène et des lances qui au contraire vont à l’encontre des modèles standardisés. Le protocole aura donc deux intérêts : bien appréhender la forge d’une lance à ailette et mettre en pratique des modèles différents afin de comparer les résultats.

Pour conclure

Répondre à la question « à quoi servent ces petites ailettes » est impossible au vue des informations que l’on possède, mais tous ces travaux permettent de mettre à jour toutes les informations que l’on possède sur ces armes et de poser de solides jalons pour préparer les études plus précises qui viendront à posteriori.


2 réponses sur “Des gardes d’épées sur les lances médiévales ?!”

  1. Je vous remercie de l’intérêt que vous portez à mon travail.

    Pour vous répondre, car je pense qu’il y a une incompréhension malheureusement inhérente au format imposé et à la vocation du billet qui était d’éclairer, sans rentrer dans les détails.

    Les conclusions que je porte sont commodes, mais aussi réelles, et non absurdes. Ce qui est absurde, en revanche, c’est de citer des sources qui ne sont pas contemporaines des ailettes étudiées dans ce billet. On parle ici d’un phénomène s’étendant , au moins, du VIII° à la du XI° siècle (datations fiables au vue de sources archéologiques). Les sources que vous citez ont une différence d’au moins trois siècles.
    Supposer une explication possible en s’appuyant de sources extérieures, aucun problème et ce fut fait dans mon mémoire, mais il faut garder des réserves.
    Extrapoler en affirmant que des sources vieilles de trois siècles, expliquent le même phénomène, il s’agit là d’une autre question et d’un autre débat, qui ne saurait être résolu grâce aux ailettes. Nous sommes tous deux d’accord pour voir de furieuses différences dans bien des domaines entre la fin du haut Moyen Âge, et le bas Moyen Âge. Les arts martiaux médiévaux n’en sont très probablement pas exclue.

    Au sujet de la question « butoir », bloquer la lance pour éviter qu’elle ne s’enfonce trop profondément et ainsi mettre en danger le lancier. J’ai toujours penser cette idée un peu saugrenue.
    Vous le dîtes très bien, il y a un intérêt un éviter que 50 cm ne soient trop enfoncés. Mais il s’agit déjà de 50 cm ! Aucune expérimentation digne de ce nom ne peut affirmer que la flamme de lance puisse s’enfoncer de 50 cm dans un corps humain. Quand bien même cela serait possible, il ne serait pas préférable de limiter la pénétration pour une telle longueur. A mon humble avis, si le fer traverse de 50 cm un corps, il n’y a aucun intérêt à ce que la pénétration ne s’arrête, butée ou pas, le fer sera bloqué. Il vaut mieux raccourcir le fer et ainsi, la butée est efficace. On imagine assez mal la garde d’une épée servant de butée pour éviter une trop longue pénétration, pourtant les lames sont souvent bien plus longues.

    Enfin, je vous renvoie à la partie intitulée « Les principales hypothèses d’utilisation » où je présente sobrement différentes hypothèses, où figurent celles que vous citez en commentaire, notamment tous les aspects martiaux des quillons. S’il s’agit d’apporter quelque chose, je suis tout ouïe, mais veillez à ce que ce soit inédit.

    Cordialement,
    THEVENOT Noé.

  2. dire qu’on ne peut savoir a quoi servent les ailettes est absurde, on sait qu’elles ont pour fonction d’évité la sur pénétration, ce qui permet en combat d’évité d’avoir 50cm de lance dans un bonhomme et donc d’avoir une lance coincé plus que de nécessaire en se référant a l’affrontement entre la cavalerie et les lancier a pieds du manuel de combat de fiore dei liberi https://images.app.goo.gl/Juymkc51btHVPcV18. leur deuxième fonction, et bien, sert notamment en combat, elle protège des coup frontaux de lame a la hampe, mais elles servent aussi a repousser les hampes adverse si l’on s’en réfère au manuel de combat de fiore dei liberi, mais on pourrais aussi associé au maniement de la lance a ailettes l’usage fait des armes d’hast ou l’utilisation des protubérance sert a faire des croc en jambes ou a entraîner son adversaire au sol, comme dans les illustration du duel judiciaire de hans talhoffer.
    donc conclure qu’on ne sait pas a quoi elles servait est pure absurdité car nous avons des preuves formel de leur utilisation qui sont confirmer par mimétisme lors de reconstitution d’événements décrit.
    voilà je vous prie de bien vouloir prendre en considération que les ailettes ont des fonction utilitaires qui n’est ni obscure ni inconnue des médiévistes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.